-- -- -- / -- -- --
Nationale

Syndicats : L’UNPEF favorable à une présidentielle

Syndicats : L’UNPEF favorable à une présidentielle

Pour les syndicalistes de l’UNPEF, la solution de sortie de la crise politique actuelle réside en l’organisation d’une élection présidentielle mais pas seulement. Elle apporte son soutien au mouvement de protestation populaire pour le changement radical de gouvernance politique.

Lors de leur regroupement les 1er et 2 octobre à Blida, les syndicalistes de l’UNPEF ont débattu des problématiques qui se posent dans le secteur de l’éducation, en particulier le problème récurrent de la surcharge des classes ainsi que celui des conditions socio-économiques des travailleurs.

Mais les syndicalistes ont vite fait de dévier de leurs travaux pour discuter de la situation politique du pays et revenir sur les manifestations citoyennes pacifiques.

Lors de leur regroupement de Blida, les syndicalistes de l’UNPEF ont rappelé leur « soutien au mouvement » et ont souligné que « la clé de la solution à la crise passe inévitablement par les urnes ». Un processus électoral qui, néanmoins, « doit être précédé de garanties et de mesures d’apaisement à même d’encourager les citoyens à aller voter ». En outre, les syndicalistes de l’UNPEF ont appelé à « la cessation des arrestations contre les citoyens » du Hirak, appelant, dans la foulée, à « la libération des détenus d’opinion». L’UNPEF réclame aussi « la levée des restrictions sur les médias, publics, et privés, et la levée des interdictions de réunion dans les espaces publics notamment à Alger ».

Parmi ses revendications, l’UNPEF, membre de la Confédération des syndicats algériens (CSA), a appelé, par ailleurs, «au départ du gouvernement Bedoui rejeté par le peuple», et rejette également toute «ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Algérie », en référence au soutien du Parlement européen au Hirak.

Sur le plan socioprofessionnel, les syndicalistes de l’UNPEF sont, à l’issue de cette réunion, sortis avec un certain nombre de résolutions. Ils ont prévenu contre la «déstabilisation» de l’éducation si le gouvernement continue à ignorer les revendications des travailleurs du secteur et réaffirmé leur appel pour la reconduction de la mesure de retraite proportionnelle et la retraite sans condition d’âge.

Dans le package de leurs revendications, les syndicalistes de l’UNPEF ont recommandé à ce que le ministère du Travail fasse participer les syndicats dans l’élaboration de la loi sur le travail pour garantir les libertés syndicales et les droits des travailleurs, ainsi que l’amélioration des prestations de santé publique et de la médecine gratuite, et la revalorisation des salaires.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email