-- -- -- / -- -- --
Nationale

Suite aux dernières intempéries à Annaba les citoyens boudent l’eau desservie

Suite aux dernières intempéries à Annaba  les citoyens boudent l’eau desservie

Après les perturbations dans l’alimentation en eau potable (AEP) qu’ont connues plusieurs cités d’Annaba en raison des dernières intempéries, le retour à la normale d’une situation maintes fois dénoncée, n’a suscité que dépit et colère chez les consommateurs. Ces derniers se sont plaints de la mauvaise qualité de l’eau potable servie. Rougeâtre et sentant mauvais, cette eau est devenue impropre à la consommation. En plus de l’odeur repoussante dénoncée par de nombreux foyers de cette localité, elle a également un goût qui n’encourage guère le citoyen à la consommer. Selon les déclarations de nombreux d’entre eux, il semblerait que l’eau potable ait été mélangée aux canalisations des égouts suite aux fortes chutes de pluie qui se sont abattues sur la région de l’Est.

Les réseaux de distribution auraient été donc contaminés. Ce qu’ils n’arrivent par contre pas à comprendre c’est le fait que les services concernés aient omis d’assainir ce liquide précieux avant de le distribuer aux populations, restées sans eau plusieurs jours. Aussi, dénoncent-ils sa qualité ainsi que les risques qui découlent de sa consommation. Les plus sceptiques l’ont tout simplement boudée, lui préférant la bouteille d’eau minérale en attendant des jours meilleurs. Pour rappel, ce genre de situation où le réseau d’eau potable alimentant les foyers se trouve contaminé par celui des eaux usées est devenu récurrent à Annaba ; les nombreux cas de typhoïde de l’été dernier sont encore bien ancrés dans la mémoire des habitants.

Il va sans dire que ce genre de situation a été relevé de nombreuses fois dans différents quartiers de la coquette à l’image du 5 juillet, plus communément appelé ‘’les Hongrois’’, ainsi que du boulevard Bouali Said, Saf Saf, Sidi-Achour ou la cité Auzas. D’autres effectuent spécialement le déplacement jusqu’aux sources disséminées un peu partout dans la région de Seraidi…. Dans les deux cas, le citoyen-consommateur se doit de consentir des frais supplémentaires pour l’acquisition d’une eau de meilleure qualité et surtout éviter les éventuels risques de contamination par une quelconque maladie à transmission hydrique… En dépit des mesures préventives prises à chaque fois que la situation l’exige pour parer à ces situations, l’alimentation en eau potable à Annaba demeure en deçà des attentes des citoyens qui n’arrivent plus à justifier l’injustifiable, selon les déclarations de nombreux d’entre eux..

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email