-- -- -- / -- -- --
Nationale

Suite à la hausse des contaminations: Le durcissement

Suite à la hausse des contaminations: Le durcissement

Inquiétante est la situation sanitaire en Algérie. Le bilan quotidien des contaminations poursuit sa progression. Près de 18 000 personnes ont contracté le virus et la barre des 1 000 morts va bientôt être atteinte alors que le corps médical, la première ligne de défense, ne cesse de compter ses victimes.

Dans l’espoir d’endiguer la propagation du virus, des mesures ont été prises, jeudi, lors d’une réunion de travail, présidée par le président de la République, consacrée à l’examen de la situation sanitaire dans le pays, suite à l’augmentation du nombre des contaminations dans plusieurs wilayas du pays notamment à Sétif, Biskra, Oran, Alger et Ouargla.

Ainsi, les autorités ont décidé de limiter la circulation automobile dans 29 wilayas du pays pour une durée d’une semaine.
A compter de vendredi, la circulation routière, y compris des véhicules particuliers, de et vers les wilayas suivantes : Boumerdes, Souk Ahras, Tissemsilt, Djelfa, Mascara, Oum El Bouaghi, Batna, Bouira, Relizane, Biskra, Khenchela, M’sila, Chlef, Sidi Bel Abbes, Médéa, Blida, Bordj Bou Arreridj, Tipaza, Ouargla, Bechar, Alger, Constantine, Oran, Sétif, Annaba, Bejaia, Adrar, Laghouat et El Oued.

Une décision qui a suscité des interrogations chez plusieurs familles algériennes qui se trouvent en déplacement, hors de leur wilaya de résidence, d’autant que la décision a été communiquée tard dans la soirée, ne laissant aucune marge de manœuvre à ces dernières. Comment peut-on se rendre à notre wilaya de résidence ?

A la recherche d’une solution, la question a été posée par plus d’un, notamment sur les réseaux sociaux. Certains responsables locaux, ont tout de suite réagi. C’est le cas de celui de la wilaya d’Oran, concernée par cette interdiction de circulation, qui a accordé un délai pour quitter la localité et de rejoindre la wilaya, avant vendredi à minuit.

Toujours dans la perspective de limiter les déplacements de personnes, il a été aussi décidé l’interdiction du transport urbain public et privé durant les week-ends, à compter de d’hier vendredi, au niveau des 29 wilayas impactées.

Ayant joué un rôle dans la sensibilisation et la prévention, les comités de quartiers et les associations de la société civiles sont aussi appelés à s’impliquer davantage dans les initiatives des walis pour l’encadrement des citoyens. Ces responsables locaux disposent de prérogatives de réquisition des moyens disponibles pour une exploitation optimale, et la consolidation des stocks permanents de moyens de dépistage et d’oxygène médical, avec un suivi quotidien au niveau de chaque wilaya.

Le personnel de la santé publique, en première ligne face au COVID-19 et qui compte un nombre important de contaminés et de décès, bénéficieront désormais d’une assurance spéciale.
Il a été décidé l’institution d’une assurance spéciale, à la charge de l’Etat, en faveur de tous les médecins et autres personnels de la santé publique, directement concernés par la lutte contre la pandémie. Afin d’augmenter les capacités de dépistage et réduire la pression sur l’Institut Pasteur et ses annexes, l’on a décidé d’autoriser l’ensemble des laboratoires, publics et privés, à effectuer les analyses de dépistage du Covid-19.

Lors de cette réunion de travail réunissant plusieurs responsables (Premier ministre, les ministres de l’Intérieur, de la Santé et de l’Industrie pharmaceutique, le commandant de la gendarmerie nationale, le DGSN, les walis d’Alger, Oran, Biskra, Sétif et Ouargla ainsi que les membres du Comité scientifique), l’instruction a été aussi donnée pour multiplier les opérations de désinfection des rues et marchés plusieurs fois par jour.

Les médecins des entreprises et sociétés, en arrêt d’activité, sont aussi réquisitionnés en contrepartie d’incitations financières, le cas échéant.
Cependant, le respect des mesures barrières par les citoyens, qui n’ont pas jusque-là, fait preuve de conscience et de discipline, fait toujours défaut, en dépit des recommandations des spécialistes et l’obligation de ces mesures par la loi.

Il y a lieu de rappeler que face à ce rebond de contamination, les autorités ont décidé de recourir aussi à un confinement partiel. En plus des 18 communes de la wilaya de Sétif soumises à un confinement de quinze jours, deux communes de la wilaya d’El Tarf (El Kala et El Chatt) sont aussi confinées. Même décision a été prise dans la wilaya de Tipasa, ou une dizaine de communes sont concernées par un reconfinement. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email