Statuts particuliers des professionnels de la santé : Le SNPSP sceptique  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Statuts particuliers des professionnels de la santé : Le SNPSP sceptique 

Statuts particuliers des professionnels de la santé : Le SNPSP sceptique 

A moins d’une semaine de l’échéance de la présentation au gouvernement des projets de la révision des statuts particuliers et des régimes indemnitaires des professionnels de la santé, le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) exprime son inquiétude face au risque d’un texte en deçà des attentes. C’est ce qu’a affirmé, ce mardi, le président du syndicat, le Dr Lyès Merabet, au Jeune Indépendant

Le président du SNPSP a également dénoncé «l’opacité» qui entoure cette révision, soulignant que le SNPSP n’a toujours pas reçu de copie de l’avant-projet de révision malgré de multiples rencontres et relances à la tutelle. Il a expliqué que les praticiens de la santé publique redoutent que le texte final ne réponde pas à leurs aspirations légitimes ni aux instructions du président de la République, qui a donné des instructions fermes pour que cette révision se fasse en concertation avec les partenaires sociaux. 

Le Dr Merabet a étayé ses propos : « Nous avons rencontré, jeudi dernier, des cadres du ministère de la Santé qui nous ont assuré qu’au plus tard, au début de cette semaine, nous aurions une copie du projet de la révision des textes transmis à la fonction publique, mais jusqu’à l’heure actuelle, nous n’avons toujours rien reçu et nous redoutons d’être mis devant le fait accompli avec une version finale qui ne prend pas en charge nos propositions ». 

Face à cette situation, le SNPSP a adressé, lundi dernier, une lettre officielle au président de la République afin de l’informer des risques d’« une révision précipitée ». Le Dr Merabet a ajouté que nous avons également publié un communiqué public pour informer et alerter nos adhérents ainsi que l’opinion publique sur la réalité de cette situation. Il a insisté sur le fait que « cette révision, attendue depuis plus d’une décennie, ne peut se faire qu’en profondeur et dans le cadre d’une stratégie globale pour le secteur de la santé ».

Le SNPSP a estimé qu’il est important d’inclure, dans le cadre de cette révision, plusieurs points, qui doivent impérativement être pris en considération. 

En tête des revendications, la reconnaissance tant attendue du statut de médecin généraliste et la création de la spécialité de médecin référent, plus connu sous le nom de médecin de famille. Cette mesure permettrait de renforcer le maillage territorial en matière de soins et d’améliorer la prise en charge des patients. Le règlement du problème de la classification des doctorants en médecine dentaire et en pharmacie, en suspens depuis 2011, est une autre priorité. « La situation actuelle crée une injustice flagrante et décourage les jeunes diplômés », a déploré le président du SNPSP.

En outre, la mise en place de mesures incitatives pour abolir progressivement le service civil est également essentielle. Cette pratique, jugée désuète et coercitive, ne répond plus aux besoins du système de santé moderne, selon le président du SNPSP. Il a ainsi souligné l’importance de la mise en place de solutions alternatives, basées sur le volontariat et l’attractivité des carrières médicales dans le secteur public, avant d’ajouter que, dans le contexte socio-économique actuel, il devient nécessaire de mettre en place une révision approfondie de la politique salariale, laquelle s’avère « indispensable pour garantir la pérennité et la stabilité du système de santé publique ». Le Dr Merabet a indiqué que « la rémunération des praticiens doit être à la hauteur de leurs responsabilités et de leurs qualifications, et la spécificité du travail médical doit être prise en compte ». 

Le Dr Merabet a tenu à rappeler que le syndicat n’a ménagé aucun effort pour sensibiliser les pouvoirs publics, en premier lieu la tutelle, sur l’urgence d’une réforme ambitieuse et concertée. Le SNPSP a ainsi réitéré ses propositions, transmises au ministère de la Santé à maintes occasions et étayées par des procès-verbaux des réunions de la commission mixte. Le syndicat a tenu à saluer l’engagement du ministre de la Santé à défendre les intérêts des professionnels de la santé au sein de la commission tripartite avec le ministère des Finances et la fonction publique.

Cependant, « le manque de données officielles et précises sur les avant-projets en cours alimente la méfiance et l’incertitude », a-t-il martelé.  Il a réitéré, de ce fait, l’appel des praticiens de la santé publique à l’intervention du président de la République pour garantir une réforme juste et équitable. « L’intervention du chef de l’Etat est indispensable pour améliorer la situation et répondre aux attentes légitimes des praticiens de la santé publique », a-t-il attesté au nom du SNPSP.

Le SNPSP estime que le succès de toute réforme du système de santé dépend de la satisfaction des professionnels, assurant que la révision des statuts et des régimes indemnitaires représente l’occasion idoine pour moderniser le secteur de la santé, garantir la qualité des soins et l’attractivité du secteur public.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email