-- -- -- / -- -- --
Culture

Spectacle féérique de l’Opéra national de Chine

Spectacle féérique de l’Opéra national de Chine

La huitième édition du festival culturel international de musique symphonique s’est terminé ce dimanche au nouvel opéra d’Alger. En présence du ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, la clôture officielle a été faite par le commissaire, Abdelkader Bouazzara qui a fait part que la neuvième édition aura lieu l’année prochaine avec l’Italie comme invitée d’honneur.

Cette 8° édition a eu un succès phénoménal. Durant les cinq jours de son déroulement l’Opéra d’Alger a affiché complet. Pour la soirée de clôture, ce dimanche, des dizaines de spectateurs sont restés debout, faute de places assises pendant les quatre heures qu’a duré cette dernière journée du festival. C’est que le programme était hautement captivant et, pour rien au monde, il ne fallait le rater.

L’Allemagne a commencé la soirée avec un magnifique concert donné par un duo, violoncelle et piano. Ce duo, formé par les frères Gerassimez s’est surpassé en virtuosité pour offrir un spectacle extraordinaire qui a rendu admiratif tout le public. Wassily Gerassimez a partagé son talent avec un percussionniste algérien.

Tous deux, violoncelle et derbouka, ont improvisé un concert scellant une sincèreamitié algéro allemande. L’Italie qui a succédé à l’Allemegen a été aussi riche en émotions avec des belles voix d’opéra qui ont fait vibrer tous les espaces de l’immense salle de l(Opéra d’Alger.

Ils étaient trois ténors, Flaviano Bianchi, Piro Mazzocchettin Claudio Rocchi, accompagnés magistralement au piano par Ginaluca Bianchi. Ils ont fait sensation en chantant des œuvres célèbres de Verdi, Puccini, Donizetti.

Ils ont interprété leurs chants avec cœur, romantisme et sentiment ce qui a enthousiasmé le public, les ovationnant à tout rompre. C’est la république populaire de Chine qui a clôturé par un spectacle féérique, haut en couleurs et en talent, cette 8° édition du festival international de musique symphonique.

L’image qui restera gravée dans la mémoire des spectateurs, c’est la vision magique de la prestigieuses chorale de l’Opéra national de Chine, émergeant dans un ordre impeccable du sol de la scène grâce à une machinerie hautement sophistiqué.

Cinquante choristes, les hommes habillés en sombre et les femmes portant une étincelante robe de couleur claire ont enchanté le public avec un bouquet d’oeuvres puisées dans le répertoire de la musique universelle, du patrimoine, chinois et, avec une agréable surprise, de notre patrimoine cultuel du grand sud.

Trois belles voix, celle des sopranos, Wang Qingshuang et Yao Hong et celle du ténor Li Shuang ont été sublimes soulevant des tonnerres d’applaudissements. 

Les moments forts du concert de la république populaire de Chine ont été marqué par l’extraordinaire prestation de la jeune Melodie Zhao, piano, âgée de 21 ans. Le récital de piano qu’elle a donné en début de spectacle a ét é d’une richesse et d’une densité rares.

Ce qui suscite l’admiration, c’est le fait d’avoir accompagné au piano toutes les belle s voix ainsi que la chorale et même le chant Goumari de notre patrimoine du grand sud, chanté par la chorale, avec une performance exceptionnelle.

Le public de ce festival a été merveilleux. Un silence de cathédrale a marqué les concerts ce qui a fait dire à Abdelkader Bouazzara, ‘’ le festival de musique symphonique, c’est vous cher public ! ‘’ Parallélement au festival se sont tenues des master class au niveau de l’Institut national supérieur de musique.

Les musiciens et chanteurs du Mexique, de l’Autriche, de Corée, de Suède sont venus partager leurs expériences avec leurs homologue s algériens .

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email