Soutien grandissant à la cause sahraouie : L’étau se resserre sur le Maroc – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Soutien grandissant à la cause sahraouie : L’étau se resserre sur le Maroc

Soutien grandissant à la cause sahraouie : L’étau se resserre sur le Maroc

Toutes les tentatives marocaines visant à étouffer la voix du peuple sahraoui ont échoué devant le soutien international grandissant lors de la 78e session de l’assemblée générale des Nations Unies à News York aux Etats Unies.  

Le Maroc s’isole de plus en plus sur le plan international, notamment concernant le dossier du Sahara Occidental après l’échec de ses plans et tentatives visant à dénaturer la cause sahraouie.  

La version marocaine du conflit au Sahara Occidental, avancée par le ministre marocain des Affaires étrangères lors de son allocution à l’ONU, n’a pas convaincu un grand nombre de pays, qui se sont prononcés en faveur de la cause sahraouie en soutenant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et l’indépendance.

L’isolement marocain a été accentué par le revirement spectaculaire du chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, qui est revenu sur son appui au pseudo « Plan d’autonomie » proposé par l’occupant marocain concernant le Sahara occidental, tout en affirmant depuis la tribune onusienne à New York, le soutien de son pays à « une solution politique acceptable par les deux parties, dans le cadre de la charte de l’ONU et des décisions du Conseil de sécurité ».

Sanchez a, également, exprimé le soutien de l’Espagne aux efforts de l’Envoyé personnel du Secrétaire général (SG) de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan di Mistura, qualifiant ses efforts d' »action décisive » pour parvenir à une solution au conflit en cours au Sahara occidental. De son côté, l’Algérie, qui toujours soutenu les peuples opprimés et leur droit à l’indépendance, a réaffirmé par le biais du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sa position immuable en faveur des causes justes et en soutien aux peuples qui luttent pour la liberté, en tête desquelles la question sahraouie.

Il a mis en avant lors de son allocution devant la tribune des Nations unies l’aspiration de l’Algérie à parvenir à une décolonisation définitive de la dernière colonie en Afrique, où « tout un peuple au Sahara occidental, reste privé de son droit à l’autodétermination, à travers un référendum libre et régulier conforme au plan de règlement ONU-OUA adopté par le Conseil de sécurité et accepté par les deux parties en 1991 ».

Pour sa part, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a également réaffirmé, le soutien de son pays à la cause sahraouie, appelant à reconnaître le droit inaliénable du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination.

« Nous sommes appelés à rester fidèles aux principes fondateurs des Nations unies, en reconnaissant le droit inaliénable du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination, conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations unies », a t-il déclaré.

Soulignant que, « la Charte des Nations unies reste une source d’inspiration importante, reflétant les valeurs communément admises de diplomatie et de coexistence pacifique, le président de la Namibie, Hage Geingob, considère, pour sa part, le droit à l’autodétermination de tous les peuples, consacré par la Charte, comme essentiel ».

Il a, à ce propos, rappelé comment le Maroc a soutenu le droit à l’autodétermination du peuple namibien, l’exhortant maintenant « à faire de même pour le peuple du Sahara occidental ».

Pour la vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères namibienne, Netumbo Nandi-Ndaitwah, la position de son pays en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à la liberté est ferme et bénéficie du consensus de toutes les forces politiques en Namibie.

Quant au président cubain, Miguel Diaz-Canel, il a réaffirmé le soutien de son pays au droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Le président du Timor oriental, José Ramos-Horta a souligné que, « l’impasse persistante sur la réalisation des droits internationalement reconnus à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental doit être résolue, car elle risque d’entraîner une escalade des tensions et du conflit ».

Le Premier ministre du Royaume du Lesotho, Samuel Ntsokoane Matekane, a appelé à ne pas oublier, « le sort des peuples sahraoui et palestinien qui continuent de vivre sous l’oppression », rappelant que l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité ont reconnu leurs droits à l’autodétermination et à l’indépendance.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email