-- -- -- / -- -- --
Culture

Sous le signe de la musique antique à travers le monde

Sous le signe de la musique antique à travers le monde

Une conférence de presse a eu lieu au forum d’El Moudjahid pour présenter la onzième édition du festival international de musique andalouse et des musiques anciennes.

Cette édition va durer six jours, du 20 au 25 de ce mois de décembre et se déroulera dans les prestigieux espaces du nouvel opéra d’Alger Boualem-Bessaih à Ouled Fayet.

Cette conférence de presse a été animée par le commissaire du festival Aissa Rahmaoui et le directeur de l’opéra d’Alger qui est aussi un très talentueux chanteur andalou et musicologue, Noureddine Saoudi.

Enfin ce festival a lieu dans des espaces extrêmement appropriés pour les artistes et d’un confort rare pour le public. Jusqu’à cette onzième édition, c’était la salle Ibn Zeydoun à Ryadh El Feth qui abritait les activités de ce rendez-vous annuel, rendant reine la musique andalouse.

Il faut dire que la salle était trop étroite pour contenir ces centaines, voire ces milliers de spectateurs. Cette affluence considérable s’explique d’abord par le grand intérêt du public pour cette musique classique algérienne et aussi, parce que ce festival comble majestueusement le manque de soirées culturelles et artistiques de qualité à l’approche des vacances et des fêtes de fin d’année.

La qualité des soirées de cette onzième édition reste toujours élevée par le choix heureux des participants nationaux et par la sélection des pays invités. C’est ainsi que la soirée d’ouverture sera à majorité algérienne avec des interprètes féminins à la voix suave et enchanteresse. Il s’agit de Mériem Benallèl et de Amel Ibrahim Djelloul.

Cette dernière éblouira le public avec sa voix raffinée par la chant d’opéra et qu’elle adaptera subtilement au chant andalou. La dernière soirée verra un magnifique bouquet d’interprètes de maîtres algériens de la musique andalouse dont la voix sublime de Noureddine Saouli.

Quant aux pays invités, M. Aïssa Rahmaoui , le commissaire du festival qui en même temps à la tête de l’ensemble andalou national explique. ‘’ Nous avons choisi les pays participants parce qu’ils sont la source première de la musique antique ‘’. Effectivement ces pays participants ont une longue tradition ancestrale dans la musique.

Il s’agit de la Turquie, de la Grèce, du Japon, de l’Italie, de l’Azerbaidjan. Les pays du Maghreb, la Tunisie et le Maroc sont aussi au rendez vous de cette onzième édition qui a réservé une grande partie de son volet didactique au qanun.

Les hommages à nos maîtres de la musique du patrimoine, disparus et encore vivants, seront rendus au cours de chaque soirée avec pour la dernière journée, un rappel mémorable de la personnalité de Hadj Tahar Fergani qui nous a quittés il y a peu de temps. ‘’ L’entrée à ces soirées sera à un prix symbolique fixé à trois cents dinars.

Pour les médias, une navette est assurée chaque jour, avec un départ à 15h30 du TNA et retour assuré’’, précisent Mahmoud Benchabane et Thamila Aouabed, à la tête de la communication du Festival. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email