-- -- -- / -- -- --
Culture

Sous le signe de la célébration de la concorde nationale

Sous le signe de la célébration de la concorde nationale

C’est en ce mois d’avril que l’Algérie célèbre l’anniversaire de la concorde nationale. L’évènement est important puisqu’il a ramené la paix, la stabilité et la volonté pour les Algériens de vivre ensemble.

Commémorer une telle étape avec faste est impératif et c’est pourquoi, ce lundi, sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et sous l’égide de la ministre de la Culture, Mme Nadia Labidi, et dans les espaces de la salle IV spécialement aménagée du palais de la Culture, l’orchestre symphonique national a donné un méga spectacle avec au programme les plus beaux chants patriotiques, anciens et actuels.

L’équipement de la salle a été à la hauteur de l’évènement avec l’installation d’une scène géante, d’un système vidéo sophistiqué retraçant l’épopée révolutionnaire de l’Algérie, ainsi qu’un équipement son et lumière de dernière génération.

Pour interpréter ce magnifique bouquet de chants patriotiques, le maestro Amine Kouider a dirigé un imposant plateau d’artistes de près de deux cents sur scène, composé des musiciens de l’orchestre symphonique national ainsi que d’une chorale impressionnante par le nombre, avec des choristes à la voix d’or, à l’image de Massinissa Abbes, ou issus de l’Institut national supérieur de musique ou encore venant particulièrement de la troupe du Harras El Djemouri.

Ces derniers se distinguaient par leur tenue splendide, impeccable et étincelante dans l’uniforme spécial de la Garde républicaine, alliant la tradition avec le signe distinctif de leur unité militaire. Le répertoire de chants patriotiques anciens avait pour auteurs de grands noms de la poésie révolutionnaire, parmi eux Moufdi Zakaria dont l’hymne national a été interprété magistralement par les musiciens et l’ensemble des choristes, dès l’ouverture de ce grand spectacle.

Parmi ces auteurs on citera Cherif Kheddam dont le texte de son chant témoigne d’un amour inconditionnel pour l’Algérie. On retiendra parmi les chants patriotiques actuels, celui de Hakim Salhi intitulé Djazaïrana. C’est un appel pathétique destiné à la jeunesse pour qu’elle consacre toute son énergie à défense, à la sauvegarde et à la protection du pays. Les jeunes d’aujourd’hui ont le devoir de tout entreprendre pour le rayonnement et le développement de l’Algérie.

Les générations futures ne leur pardonneront jamais s’ils ont failli à ce noble engagement. Ce bouquet de chants patriotiques a été repris et rehaussé par la voix suave et mélodieuse de Nada El Rayhane .

La troupe du Haras el Djemhouri, très applaudie, a agrémenté cette soirée en donnant un récital de cornemuse dans la cour du palais de la culture. Dans sont intervention, la ministre de la Culture a souligné la place de ce grand évènement artistique dans le cadre de la célébration de l’anniversaire de la concorde nationale. « La concorde nationale a apporté la paix dans notre pays et a uni les Algériens.

L’instauration de cette concorde nationale devient une référence pour les pays qui sont malheureusement aujourd’hui en crise ». En fin de ce grand concert, la ministre a honoré ses initiateurs, Abdelkader Bouazazar, directeur de l’Orchestre, les maestros Amine Kouider et Rachid Saouli ainsi que Hocine Bouifrou, musicien virtuose et auteur du texte de la symphonie de Wiam, la concorde nationale.

Ce magnifique spectacle de l’orchestre symphonique national sera encore édité aujourd’hui mercredi à la salle Zénith dans le cadre de Constantine capitale de la culture arabe.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email