-- -- -- / -- -- --
Nationale

Covid-19: Le défi de la reprise du transport inter-wilayas

Covid-19: Le défi de la reprise du transport inter-wilayas

A l’arrêt depuis le mois de mars dernier en raison de la pandémie de la Covid-19, les transporteurs de voyageurs inter-wilayas ont été autorisés à reprendre, ce vendredi, leur activité. Une reprise qui reste néanmoins conditionnée par une capacité réduite et d’importantes restrictions en vue de limiter les risques de propagation du nouveau coronavirus.

Bonne nouvelle pour les transporteurs de voyageurs inter-wilayas ainsi que pour les voyageurs. Conformément à ce qui a été annoncé par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, il a été décidé la reprise du transports de voyageurs inter-wilayas.

Une décision qui a été également prise suite aux instructions du président de la République après consultation avec le comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus. Toutefois, cette reprise se fera progressivement, avec une limitation du nombre de passagers à 50% ainsi que l’application de certaines mesures sanitaires afin d’éviter la propagation de la Covid-19.

Les moyens de transport concernés seront les train, les autocars et les taxis. C’est un défi énorme qui attend les transports en commun inter-wilayas. En temps normal, ces moyens de transport sont empruntés par des millions de personnes quotidiennement. A compter de cette semaine, il faudra limiter ce flux à environ la moitié.

Reprise timide

Hier, au premier jour de la reprise, les stations de bus étaient désertes. Il y avait très peu de passagers et peu de bus. Les gens ont toujours peur des contaminations et préfèrent se déplacer juste en cas de besoin. «J’ai repris le travail aujourd’hui mais il n’y a pas beaucoup de voyageurs. C’est parce que c’est le week-end et les gens préfèrent ne pas trop se déplacer le vendredi», a indiqué l’un des chauffeurs de bus rencontré dans l’une des stations de bus à Boudouaou.

Ce dernier s’interroge sur la manière dont va se dérouler cette reprise, «surtout que nous sommes contraints de réduire le nombre de voyageurs, ce qui va créer un véritable problème avec le flux que connaît, en temps normal, le transport de voyageurs», a-t-il estimé. «En principe, la reprise s’effectuera normalement à partir de dimanche», a-t-il ajouté. Pour sa part, le président de la Fédération nationale des chauffeurs de taxi, Mohamed Belkhous, a salué cette décision de reprise, cependant, selon lui, il aurait fallu faire l’annonce au moins deux ou trois jours avant la date de la reprise. M. Belkhous a fait état d’une grande anarchie constatée au niveau de différentes stations de service.

Pour ce qui est du protocole sanitaire, le représentant des taxieurs a souligné que le protocole doit être appliqué à la lettre car le risque existe toujours. Par ailleurs, il a indiqué que beaucoup de taxieurs n’ont par perçu la prime Covid, instaurée par le président de la République. Cette reprise progressive et contrôlée des activités de transport «sera autorisée sous réserve que les protocoles sanitaires soient scrupuleusement respectés, avec la sensibilisation des voyageurs sur le strict respect des règles de prévention ainsi que l’implication des partenaires sociaux et des représentants des transporteurs sur la sensibilisation, la responsabilisation et le signalement des manquements», ont souligné les services du Premier ministère.

La même source affirme que «les services de sécurité veilleront au respect des mesures de prévention et de protection et des protocoles sanitaires adoptés pour chaque mode de transport par le comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus ainsi qu’à l’application des sanctions réglementaires à l’encontre des contrevenants». Les services du Premier ministère ont annoncé, par ailleurs, que les liaisons aériennes domestiques sont maintenues, rappelant le protocole sanitaire mis en place pour assurer la sécurité des voyageurs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email