-- -- -- / -- -- --
Nationale

Soulagement des rapatriés

Soulagement des rapatriés

C’est le soulagement ou la délivrance. Les sentiments sont mitigés chez beaucoup les rapatriés, bloqués depuis des mois à l’étranger depuis le début la fermeture des liaisons aériens en raison du covid-19 au point de perdre espoir.

« Je croyais que ce jour, n’arriverait jamais. Cinq mois d’attente dans l’incertitude avaient pesés sur notre moral », a affirmé au Jeune Indépendant Smail, de retour de Rome, où il était bloqué depuis qu’il est allé effectuer un stage au début du mois de février dernier.

« C’est un soulagement certes mais l’attente était très difficile. Entre Algériens, coupés de leur pays, nous nous sommes certes solidarisés, mais la pandémie et les risques de contamination ont fini par limiter les contacts entre nous en raison des mesures de protection prises par les autorités italiennes » a-t-il expliqué.

Smail, 47 ans, originaire de Constantine, indique que durant toute cette période les algériens bloqués étaient pris en charge par des associations caritatives musulmanes ou des bienfaiteurs locaux, tout en étant en contact avec les autorités consulaires algériennes.

Cette attente a été beaucoup plus pénible pour ceux ayant laissé des familles sans ressources, ou les personnes âgées qui avaient besoin d’être près de les leurs.

Jeudi, 111 ressortissants algériens ont été rapatriés jeudi d’Italie, après plusieurs mois passés dans ce pays, en raison de l’annulation de tous les vols en provenance et à destination de la totalité des pays. Parmi les rapatriés, certains étaient bloqués depuis plus de cinq mois. Le vol assuré par la compagnie Air Algérie avait décollé dans l’après-midi de l’aéroport international de Rome.

Ils ont été accueillis à l’aéroport Mohamed Boudiaf par les représentants des autorités locales et des responsables des structures destinées à les accueillir pendant leur confinement.
Issus de plusieurs villes du pays, les rapatriés ont été pris en charge au niveau d’une demi-douzaine de structures hôtelières éparpillées à travers la wilaya, l’hôtel Arc en Ciel à El-Khroub, les hôtels Al-Khayyem et El-Hussein à Ali Mendjli, les deux établissements hôteliers appartenant au Groupe Accor, Novotel et Ibis ainsi que le Marriott, a-t-on appris du directeur du tourisme de la wilaya. Leur séjour qui devra s’étaler sur une quinzaine de jours, sera encadré par des staffs médicaux réquisitionnés pour la circonstance.
« Toutes les conditions sécuritaires et sanitaires et surtout d’hébergement seront assurées pour prendre en charge ces ressortissants, et ceux qui vont suivre les jours à venir durant toute la période de leur mise en quarantaine, afin de leur assurer un bon séjour, » a déclaré au Jeune indépendant l’un des responsables de l’accueil à l’hôtel El-Khayyem,

En effet, l’aéroport de la capitale de l’Est devra accueillir d’autres rapatriés en provenance du Canada, du Qatar, de Malaisie ou encore d’Egypte. Aujourd’hui, 272 ressortissants seront rapatriés de Malaisie et demain près de 286 autres quitteront le Caire pour Constantine.

Par ailleurs, le complexe Chellala de Hammam Debagh dans la wilaya de Guelma, a accueilli 310 ressortissants algériens rapatriés le même jour, soit jeudi, de l’Arabie Saoudite via l’aéroport Rabeh Bitat d’Annaba.Les revenants avaient rallié la ville de Guelma par route via 16 autocars spécialement aménagés pour leur prise en charge. Le wali de Guelma, Kamel Abla a personnellement supervisé l’opération. « Toutes les conditions nécessaires à leur prise en charge ont été réunies », a-t-il dit en marge de l’opération. Pour rappel, le complexe de Hammam Debagh avait auparavant été sollicité au tout début de la pandémie pour la prise en charge de plusieurs centaines de rapatriés de Tunisie. Lancées lundi dernier, ces opérations relèvent d’un programme de rapatriement de 5.926 ressortissants algériens bloqués dans plusieurs pays étrangers. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email