-- -- -- / -- -- --
Culture

Soufis allemands pour la clôture

Soufis allemands pour la clôture

Les portes de la sixième édition du Festival international du samaâ seront clôturées, ce samedi 12 novembre, à la Maison de la culture Houari-Boumediene de Sétif, avec Al Imbratoria Al Othmania, troupe de chants religieux d’Allemagne.

Devant un public, présent en nombre, la troupe allemande a offert un véritable ravissement musical et spirituel avec ses chants religieux. Ses membres ont interprété en allemand, en arabe, en français et en anglais des chansons qui ont transporté, les présents dans l’ambiance magique des rythmes soufis.

Sous des styles musicaux les plus variés allant du reggae vers le hip hop en passant par le flamenco, la troupe Al Imbratoria Al Ohtmania a subjugué aves des chants, tout en spiritualité dédiés au créateur et à son prophète Mohamed. Puis, la troupe Angham Zibane a pris le relais, interprétant Sali ya rabi, Chouk qalki ya houdan, Ya li zar qabr madani, inspirées du patrimoine algérien sahraoui avant de terminer en beauté avec une Achet biladi.

Au cours de cette soirée, le commissaire du Festival Idriss Boudiba s’est félicité de la réussite de cette sixième édition en affirmant que la présence en nombre du public à chacune des soirées de cette manifestation a valorisé l’événement culturel de la capitale des Hauts-Plateaux, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Six jours durant, ce festival sera animé, dans le contexte de son institutionnalisation annoncée par le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, par des troupes de neuf pays : Turquie, Egypte, Liban, Maroc, Tunisie, Sénégal, Iran, Espagne, Allemagne et celles (même nombre) du Sud d’Algérie : Adrar, Ouargla, Ghardaïa, Biskra. 

Cette présente édition sera également une plate-forme autour de communications d’universitaires ayant trait au samaâ soufi et à ses origines. L’autre activité pédagogique est inhérente à un atelier organisé autour des modes d’expression dans le chant soufi, il verra la participation enrichissante de plusieurs mounchidine qui interviendront sur leur pratique artistique.

Le visiteur appréciera également l’exposition de calligraphie moderne Edens de l’extase, âmes éprises du paradis. Installée dans le hall de la Maison de la culture Houari-Boumediene, elle comprend soixante œuvres, soit une profonde esthétique et spiritualité propres aux arts visuels islamiques, d’après son animateur et directeur de la Maison des arts plastiques de Sétif, Abdelhafid Kadri.

Ce dernier, tout comme ses pairs Yazid Kheloufi de Meghnia, Mostefa Boussena de Bordj Bou Arreridj, Abdelhafid Djelab d’Oum El Bouaghi et d’autres ont participé à cette exposition inhérente à la dimension et à l’expérience soufies. Ces artistes exposants réaliseront une fresque collective qui sera paraphée, lors de la cérémonie d’ouverture de ce festival, le 7 novembre dernier, par le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email