-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sortie de crise : Des syndicats de la santé plaident pour un présidium

Sortie de crise : Des syndicats de la santé plaident pour un présidium

Depuis le déclenchement du mouvement populaire le 22 février dernier, plusieurs voix se sont élevées pour proposer une sortie de crise dans de brefs délais et éviter de sombrer dans le statu quo.

C’est dans ce contexte que le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (maîtres assistants, professeurs agrégés et professeurs en médecine, pharmacie et chirurgie dentaire), le Syndicat algérien des paramédicaux et le Syndicat national des médecins libéraux proposent une feuille de route basée essentiellement sur la nécessaire application des articles 7, 8 et 12 de la Constitution.

Ils exigent également la démission dans les plus brefs délais du gouvernement actuel et de M. Bensalah de son poste de chef de l’Etat, ainsi que la dissolution du Conseil constitutionnel et du Parlement. Selon les syndicats en question, la solution est basée sur une période de transition durant laquelle un présidium prendra en charge la gestion de l’Etat pour une période maximale de six mois. Il devrait être, selon eux, constitué de personnalités consensuelles n’ayant jamais fait partie de l’ancien système et approuvé par le « hirak ». Il aura à sa charge l’installation d’un gouvernement provisoire de technocrates pour la gestion des affaires courantes de l’Etat, ainsi que la création d’une commission jouissant de toutes les prérogatives pour préparer l’élection présidentielle propre et transparente. Aussi, cette commission aura la tâche de réviser la loi électorale et de réactualiser la liste électorale.

Les syndicats en question appellent à l’organisation de l’élection présidentielle avec comme garde-fou un niveau d’instruction élevé et la proposition d’un véritable projet de société. Ils demandent également l’informatisation des élections, en s’aidant de la biométrie pour plus de transparence.

Parmi les multiples interventions enregistrées hier figure notamment la proposition de consacrer un jour de semaine, en dehors des vendredis et des mardis, à des marches spécifiques au corps médical algérien à travers le territoire national. Ces syndicats proposent également d’élargir une telle initiative aux syndicats autonomes des autres secteurs.

Les syndicats de la santé réitèrent leur soutien indéfectible au mouvement populaire et appellent au maintien du caractère pacifique des marches tout en restant vigilants face aux « tentatives de contournement de la volonté du peuple, jusqu’à satisfaction de ses revendications ».

Ils se disent aussi ouverts à toute proposition ou initiative pouvant aboutir à une sortie réelle et concrète de la crise que traverse le pays.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email