-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sort de l’année scolaire: Le conseil des ministres tranche aujourd’hui

Sort de l’année scolaire: Le conseil des ministres tranche aujourd’hui

Le retour sur le chemin de l’école ou non sera décidé aujourd’hui hui par le Conseil des ministres. C’est sur la base des propositions de la Commission interministérielle présidée par le Premier ministre que la décision définitive sera prise sur le sort de l’année scolaire. Une décision qui devrait mettre fin à cette question en suspens depuis plusieurs semaines.

Famille éducative, élèves et leurs parents et syndicats de l’éducation attendent impatiemment la décision définitive, après avoir formulé des propositions sur l’avenir de l’année scolaire 2020, une des plus particulières d’autant que les cours ont été suspendu depuis le mois de mars en raison de la propagation du coronavirus dans le pays. A un mois de la clôture « normale » de l’année scolaire, différentes formules ont été proposées sur la démarche à suivre, mais l’objectif reste le même ; sauver l’année scolaire mais surtout le sort des examens comme le BAC ou le BEM. Le sort des neuf millions d’élèves se décidera donc aujourd’hui par la Commission interministérielle chargée de statuer sur la question.

« Le Conseil des ministres a décidé après un débat approfondi de former une commission présidée par le Premier ministre et composée des ministres de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et de la Formation et de l’enseignement professionnels, laquelle se chargera de formuler les propositions nécessaires pour finir l’année scolaire au mieux des intérêts des élèves et étudiants », a-t-on indiqué lors du dernier Conseil des ministres.

Mais c’est la clôture de l’année scolaire accompagnée de mesures exceptionnelles qui semble la plus plausible, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays. Le président de la République qui avait affirmé que l’examen du baccalauréat pour l’année scolaire en cours « sera maintenu » et qu’il n’y aura pas d’année blanche, a indiqué que les mesures à prendre restent tributaires de la propagation du COVID-19. Le ministre de l’Education avait lui aussi mis fin aux rumeurs sur une éventuelle année blanche.

« Il n’est pas possible de parler d’une année blanche, compte tenu du taux d’avancement dans l’application des programmes enregistré jusqu’au 12 mars dernier dans les trois paliers d’enseignement, d’autant que le troisième trimestre compte en tout 4 semaines au plus », avait-il précisé.

Si la question semble simple pour les classes sans examens de fin d’année, avec la prise en compte des résultats des deux premiers trimestres en comptabilisant les moyennes obtenues, comme cela est proposé par les syndicats, qui estiment que l’année scolaire est terminée, la question se pose pour les classes d’examens, notamment le baccalauréat. Sera-t-il question du maintien des examens de fin d’année pour le mois de juin ou de les reporter pour le mois de septembre, Décidera-t-on de la reprise des cours après le 14 mai avec de mesures de prévention « draconiennes ». La réponse est attendue aujourd’hui.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email