-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sonatrach : Pas d’impact de la crise politique sur l’activité du groupe

Sonatrach : Pas d’impact de la crise politique sur l’activité du groupe

Le PDG de Sonatrach, Rachid Hachichi, a répondu aux informations rapportées par l’agence britannique Reuters qui a révélé il y a quelques jours citant une source de Sonatrach, que hormis la production pétrolière, « tout le reste est complètement gelé y compris les discussions avec Exxon et Chevron ». L’agence britannique a ajouté que les discussions entre Sonatrach et les compagnies pétrolières américaines Exxon et Chevron sont toujours gelées :« La production est toujours en cours chez Sonatrach, mais tout le reste est complètement gelé y compris les discussions avec Exxon et Chevron », a indiqué une source au sein de la compagnie, qui « a refusé d’être identifiée compte tenu de la situation politique délicate », précise l’agence britannique.

Tout accord avec une compagnie étrangère est « sensible en Algérie et a besoin du soutien d’un président permanent et non intérimaire » ajoute-t-elle. « Aucune visibilité sur le court terme étant donné que c’est la politique et non l’économie qui a la priorité pour l’instant », aurait indiqué cette source à Reuters. La réaction du PDG de Sonatrach pour remettre les pendules à l’heure n’a pas tardé.

Ce mercredi celui-ci a répondu à partir de Hassi Messaoud que la situation politique que traverse l’Algérie « n’a aucun impact sur la relation et les négociations menées entre Sonatrach et ses partenaires étrangers », ajoutant que les équipes travaillent normalement. Lors d’un point de presse à l’issue d’une visite d’inspection des infrastructures pétrolières et gazières à Hassi Messaoud (Ouargla), Hachichi, et en réponse à une question qui l’interpellait sur l’impact de la situation politique du pays sur les négociations entre Sonatrach et ses partenaires étrangers, a répondu : « Les informations sur de quelconques perturbations des relations ou des négociations entre Sonatrach et ses partenaires sont sans fondement ». Affirmant que les équipes de Sonatrach et ses partenaires étrangers « travaillent toujours en étroite collaboration », le responsable a assuré que ses propos « seront confirmés dans les jours à venir ».

Hachichi a souligné que le groupe « poursuivra son programme d’investissements, qui prévoit des dizaines de nouveaux projets dans l’amont et l’aval pétrolier et gazier pour moderniser ses installations et augmenter ses capacités de production ». S’agissant des capacités de l’Algérie en matière de production, ainsi que ses réserves en pétrole et gaz, le PDG a expliqué que Sonatrach « poursuit toujours ses efforts d’amélioration de sa production à travers les capacités déjà installées, mais également à travers l’exploration de nouveaux gisements et la recherche de nouvelles découvertes », précisant que le domaine minier algérien est de l’ordre de 1,5 millions de km2, ce qui « laisse du chemin à parcourir ». Interrogé sur la concurrence que connaît l’Algérie sur le marché international du gaz avec l’émergence de nouveaux exportateurs vers le marché européen, Hachichi a affirmé que « la concurrence est très rude ».

Selon lui, « sa situation géographique et ses gazoducs vers l’Europe laissent les partenaires placer leur confiance sur l’Algérie pour assurer leur sécurité énergétique », ajoutant que « l’Algérie est engagée dans plusieurs contrats étalés sur des dizaines d’années avec des partenaires avec un minimum de consommation garanti, donc, le pays est payé, même si le partenaire n’épuise pas le minimum requis, ce qui nous mettra dans une situation confortable ». Par ailleurs, sur le sort de la stratégie de développement du groupe Sonatrach à l’orée 2030 (SH-2030), le premier responsable de la Sonatrach a assuré que « la stratégie est toujours maintenue », précisant qu’il suit « de près son avancement, car tout ce qui est dans l’intérêt de l’entreprise sera réalisé ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email