-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sonatrach :Ould Kaddour interdit l’usage de téléphone dans les réunions

Sonatrach :Ould Kaddour interdit l’usage de téléphone dans les réunions

Le Président-directeur général de la Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour, a décidé d’interdire strictement de rendre publique toute vidéo ou image des réunions de la direction générale et des autres structures Sonatrach.
Cette décision fait suite à la diffusion d’une vidéo le mettant personnellement en cause.
Le patron de Sonatrach a instruit ses cadres par le biais d’une décision référencée « Décision173/DG », datée du 14 février 2019, dont Le Jeune Indépendant a pu obtenir une copie.
Connue pour ses « fuites » distillées, certes, occasionnellement au bénéfice de certains médias, Ould Kaddour entend verrouiller la communication interne, notamment lors des réunions des cadres dirigeants. « Toute personne qui conserve ou porte à la connaissance du public ou d’un tiers ou utilise de quelque manière que ce soit, tout enregistrement, image ou document obtenu sans le consentement de leur auteur, sera sanctionnée », peut-on lire dans l’article 6 de la décision. « Il est interdit l’usage d’appareils téléphoniques et de tout dispositif d’enregistrement lors de réunions. Le document qui indique toutefois, selon l’article 5, qu’il est « toléré d’enregistrer le son, l’image et la vidéo lors des réunions dans le but d’établir un procès-verbal ou un rapport de réunion, sous réserve de l’’obtention du consentement de tous les membres présents ». Or l’article 4 met une barrière à l’usage de téléphone, ce qui signifie qu’un responsable ou tout autre employé dans n’importe quelle unité sera contraint de ne pas prendre son portable avec lui faute de quoi, il risque une sanction qui peut aller jusqu’au licenciement. Ainsi, tout ce qui est décidé dans les arcanes de Sonatrach ne doit aucunement être porté à la connaissance de l’opinion publique, selon le vœu de Ould Kaddour qui tente, sur les conseils des consultants de BCG, d’empêcher que soient diffusées ses déclarations, jugées irréfléchies ou embarrassantes par beaucoup.
La promulgation de cette décision intervient quelques jours après la mise en ligne de la vidéo d’une réunion durant laquelle Ould Kaddour affirmait devant ses vices-présidents et ses directeurs que le Premier ministre Ahmed Ouyahia l’avait appelé pour lui demander de faire preuve de réserve et de discrétion au sujet de sa décision d’augmenter de 20 % les employés de Sonatrach.
Cette augmentation jugée « excessive » par les Algériens au vu des salaires de Sonatrach, qui sont déjà « astronomiques » par rapport aux grilles nationales des autres secteurs. Ouyahia, s’il ne s’est pas opposé fermement à cette « complaisante » augmentation s’est avait instruit Ould Kaddour de garder cette décision intra-muros. C’est pour ces salaires que Sonatrach est devenue l’entreprise dans laquelle plusieurs hauts responsables parachutent leurs enfants, notamment à la direction générale à Hydra, de l’aveu même des employés de l’entreprise. 
La mise en ligne de cette vidéo, prise par un haut responsable, aurait déplu à Ouyahia tant Ould Kaddour rapportait aux présents une conversation qui était censée être confidentielle. Toutefois, cette décision risque de jeter la suspicion parmi les employées dans toutes les unités de l’entreprise disséminées à travers le territoire national, et mettra mal à l’aise ces mêmes employées soumis à de nombreuses pressions depuis le lancement du projet SH2030 sous la direction de Boston Consulting Group (BCG), un bureau de consulting américain chargé de la transformation de Sonatrach depuis mai 2018. Les consultants qui siègent à la direction de transformation (TRF), au 9e étage de la direction générale, sont pour la plupart de nationalité française. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email