-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sonatrach lance une procédure d’arbitrage contre Technip

Sonatrach lance une procédure d’arbitrage contre Technip

Le groupe Sonatrach a lancé une procédure d’arbitrage international contre l’entreprise française Technip en raison de sa défaillance dans la réalisation de la raffinerie de Sidi Rzine, dans la commune de Baraki, à Alger. 

C’est ce qu’a révélé le ministre de l’Energie Salah Khebri, précisant que Sonatrach a résilié, en juin dernier, un contrat de réhabilitation de la raffinerie qui avait été confié au groupe français pour près d’un milliard de dollars.

Technip avait fait preuve de lenteurs dans la réalisation du contrat conclu en 2010 avec Sonatrach pour une durée maximale de deux ans. La société française avait alors saisi un arbitrage international. « Sonatrach a précédé Technip et avait déjà déposé le dossier en arbitrage (international). C’est un différend commercial qui doit se régler entre Sonatrach et Technip.

Ce qui nous intéresse, c’est que la raffinerie entre en production », a affirmé le ministre, cité par l’APS. Dès lors, le chantier de réhabilitation de la raffinerie sera repris et achevé avec les sous-traitants, selon Khebri. « Il y a des procédures qui sont en discussions au niveau de Sonatrach pour terminer le projet en dehors de Technip », a indiqué le ministre. Il a exclu un nouvel appel d’offres pour l’achèvement des travaux.

« Les sous-traitants sont là. On va voir comment les reprendre et poursuivre le projet », a-t-il expliqué. Lors d’une visite le 14 juillet dernier à la raffinerie, M. Khebri avait constaté l’absence d’activité sur le chantier, seules quelques affiches indiquant que les travaux sont confiés à la société Technip.

Tout de suite après sa brève tournée, il a tenu une réunion restreinte avec « son staff » et les responsables du site, sans faire de déclaration à la presse. La raffinerie de Sidi Rzine verra sa capacité de production en gasoil passer de 737 000 tonnes à 1,18 million de tonnes et doubler la capacité de l’essence super avec une augmentation conséquente des capacités de stockage des carburants. La raffinerie a traité 2,8 millions de tonnes d’hydrocarbures en 2014 et emploie 717 personnes dont 59% en maîtrise.

Sonatrach s’est lancée dans un programme d’investissement de 15 milliards de dollars américains pour construire cinq nouvelles raffineries d’une capacité de 5 millions de tonnes/an chacune (90 000 barils/jour environ). Ces raffineries sont celles de Biskra, dont les travaux sont les plus avancés, de Ghardaïa, de Tiaret, de Hassi Messaoud et de Skikda.

La compagnie nationale a également lancé un programme de réhabilitation des vieilles raffineries pour porter les capacités installées de 22 à 27 millions de tonnes par an. Ainsi, la raffinerie d’Alger devrait être en mesure de produire 3,45 millions de tonnes par an au lieu de 2,7 actuellement, celle d’Arzew 3,8 au lieu de 2,5 et celle de Skikda 16,5 au lieu de 15.

Par ailleurs, le ministre a indiqué que des discussions sont en cours pour la convocation d’une éventuelle réunion d’urgence de l’Opep, même s’il prédit une surabondance de l’offre à compter de décembre après l’accord sur le nucléaire iranien, ce qui maintiendrait inévitablement les prix bas. Pour le ministre de l’Energie, la situation actuelle du marché du pétrole était prévisible.

« Lors de la réunion (de l’OPEP) en juin dernier, nous avons dit qu’il existe une très grande offre en pétrole par rapport à la demande, qui a reculé à cause notamment des problèmes économiques de la Chine », a-t-il rappelé. S’agissant des propos du secrétaire Général de l’OPEP, Abdallah S. El Badri, qui a exclu toute révision à la baisse de la production de l’organisation, il a souligné qu’El Badri ne représente pas l’organisation.

Il y a la conférence ministérielle, qui est au-dessus du SG. Lors de sa visite d’inspection à l’Opérateur système (OS) électrique, dont les locaux sont à Gué de Constantine, M. Khebri a reçu des explications sur, notamment, le fonctionnement du centre national de conduite du système électrique. 

Dans une déclaration à la presse, il a relevé les grands efforts de l’Etat pour couvrir les besoins croissants de la population en matière de gaz et d’électricité, rappelant que les tarifs n’ont pas été augmentés depuis 2005.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email