-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sonatrach face à un grand chantier de réforme

Sonatrach face à un grand chantier de réforme

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach semble mettre les bouchées doubles pour entamer le programme stratégique de sa remise en selle.

Elle a annoncé ce dimanche qu’elle « mobilisera tous les moyens pour concrétiser les objectifs fixés par le président de la République ». Il s’agit notamment de moderniser sa gestion, d’améliorer de son efficacité opérationnelle et d’impulser sa compétitivité.

Une annonce qui intervient au lendemain de la rencontre du Gouvernement avec les partenaires sociaux, consacrée à l’évaluation des incidences engendrées par la pandémie du Covid-19 et ses répercussions sur l’économie nationale. Avant cela, il y a une semaine, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait ordonné de procéder à un audit profond au sein des structures du Groupe pétrolier Sonatrach.

« Les décisions de Monsieur le Président de la République, prises lors du dernier Conseil des ministres, réaffirment tout l’intérêt qu’accordent les hautes autorités de l’Etat à Sonatrach et à son devenir, et qui sont de nature à redynamiser les activités du Groupe en lui fixant des objectifs en vue de moderniser sa gestion, d’améliorer son efficacité opérationnelle et sa compétitivité et de valoriser sa ressource humaine qui demeure sa première richesse », précise-t-on dans un communiqué.

A cet effet, Sonatrach a souligné qu’elle s’inscrivait « pleinement dans la vision de l’Etat, qui prône notamment, la consolidation de la base de réserves d’hydrocarbures, la mobilisation des découvertes pour augmenter les niveaux de production, le développement des activités de transformation pour valoriser les ressources du pays », ajoute la même source. Aussi, la rationalisation et l’optimisation des dépenses, afin de renforcer la capacité de résilience du Groupe et d’assurer sa profitabilité et sa pérennité, est l’un des objectifs arrêtés.

Pour atteindre ces visées, la compagnie nationale des hydrocarbures a décidé « de poursuivre la concrétisation de son programme stratégique à travers des projets d’amélioration couvrant, entre autres, la modernisation de la fonction ressources humaines, l’adaptation d’un système d’information (ERP, digitalisation, etc.), la redynamisation de la fonction recherche et développement et la promotion du contenu local », a fait savoir le communiqué.

Pour rappel, le chef de l’Etat avait instruit lors du Conseil des ministres tenu la semaine dernière d’opérer un audit profond, afin d’évaluer l’ensemble du patrimoine des structures SH. Il est question dans ce sillage de réduire également le nombre de ses représentations à l’étranger, de diminuer les postes de responsabilités qui ne sont pas liés au rendement ou à la rentabilité de l’entreprise. Ce faisant, il sera procédé à un passage d’une gestion classique anachronique vers une comptabilité analytique saine.

Le président de la République avait relevé, à la même occasion, « la stagnation dans laquelle se trouve ce secteur de l’énergie, empêtré dans les schémas de production classique et perdant de vue les énormes potentialités que recèle le pays ».

Ainsi, les hautes autorités décident de dépoussiérer le dossier Sonatrach et d’engager une opération d’assainissement profond au sein du groupe pétrolier, accablé par des scandales à la chaine dans le cadre des contrats douteux conclus avec « des partenaires étrangers ».

Les grands fiascos « SH2030 » et « Augusta »

Après l’affaire Sonatrach « 1 » et « 2 », dont l’accusé principal est l’ancien ministre de l’Energie Chakib Khelil, le grand fiasco dit « la Stratégie SH 2030 » est venu s’ajouter au chapitre des grands scandales qu’a connu Sonatrach durant les deux dernières décennies.

Ce projet de « refonte » de la compagnie pétrolière à l’horizon 2030, annoncé en grand pompe par l’ancien Pdg du Groupe Abdelmoumen Ouled Kaddour, était censé lui permettre de « se moderniser et de se conformer aux normes internationales du management international ».

Mais l’adage dit Autres temps, autres mœurs ! Avec l’arrivée de M Rachid Hachichi à la tête de la direction générale de Sonatrach, cette dernière avait décidé en août 2019 d’abandonner ce projet.

La stratégie SH2030, pour rappel, a été confiée en 2017 à un cabinet américain de renom The Boston Consulting Group (BCG), spécialisé en Conseils en Stratégie. Une équipe d’experts a été alors reçue à Alger, afin d’entreprendre la dite expertise et un contrat de 25 millions de dollars a été signé avec le cabinet BCG. Cette somme colossale est partie en fumée suite à la décision de l’ex Pdg Hachichi, de renoncer audit projet quelques mois avant son limogeage.

Dans ce même contexte, l’affaire Augusta, revient sur la table. L’acquisition de cette raffinerie italienne n’a pas encore livré, semble-t-il, tous ses secrets. Outre l’opacité totale ayant caractérisé cette opération, Sonatrach devrait engager d’importants investissements pour le fonctionnement de la raffinerie Augusta et sa réhabilitation, sans compter son entretien annuel et les pertes d’exploitation de cette usine, acquise structurellement déficitaire. Selon la revue spécialisée en énergie Pétrostratégies, l’acquisition d’Augusta a coûté pas moins de 725 millions de dollars, un montant versé au groupe Américain ExxonMobil.

De l’avis des experts, Augusta risque de devenir un gouffre financier et le fiasco de cette transaction en dit long sur l’engrenage de la mauvaise gestion et de la corruption dans lequel sombre le groupe pétrolier public.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email