Sommet ibéro-américain : Vers l’adhésion de la RASD comme membre observateur – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Sommet ibéro-américain : Vers l’adhésion de la RASD comme membre observateur

Sommet ibéro-américain : Vers l’adhésion de la RASD comme membre observateur

La République arabe sahraouie démocratique (RASD) soumettra une demande d’adhésion au Sommet ibéro-américain en qualité de membre observateur, et ce suite à la proposition du président colombien, Gustavo Petro, concernant la participation de la RASD à cet évènement. C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur sahraoui chargé de l’Amérique latine et des Caraïbes, Mohamed Azrouk.

Dans une déclaration à l’agence « Europ-Presse », M. Azrouk a indiqué que le Front Polisario a accueilli « avec satisfaction » la proposition du président colombien concernant l’adhésion de la RASD en qualité de membre observateur au Sommet ibéro-américain.

Le diplomate sahraoui a souligné que la RASD est « disposée immédiatement à accepter cette invitation » et à déposer une demande pour participer en qualité de membre observateur aux Sommets ibéro-américains qui réunissent 22 Etats, et ce en dépit de l’opposition du gouvernement espagnol, accusé par l’ambassadeur sahraoui de devenir « le porte-parole de l’occupant marocain lors de tels évènements ».

Déplorant la réaction du gouvernement espagnol, M. Azrouk a souligné que « ce Sommet réunit d’autres pays que l’Espagne d’autant plus que la majorité des pays frères de cette région ont des relations diplomatiques avec la RASD, ainsi que des liens historiques, culturels et linguistiques ».

Le chef du gouvernement espagnol, le ministre des affaires étrangères et le parti socialiste tentent d’entraver les aspirations légitimes du peuple sahraoui attaché à son droit à l’autodétermination, a-t-il dit.

Pour rappel, le président de la Colombie, Gustavo Petro a demandé à l’Espagne d’inviter le Sahara occidental au sommet ibéro-américain, tout en appelant à accorder à des pays africains ayant des liens différents avec l’Amérique latine le statut de pays observateurs, parmi lesquels le Sahara occidental qui est, dit-il, victime d’une “injustice”.

Lors de ce sommet dont les travaux se sont tenus vendredi et samedi à Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine, le président colombien a commencé son discours en appelant à “construire des ponts avec le continent africain”, en intégrant les pays lusophones comme la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans ce type de forum.

“C’est une question de forme, mais évidemment aussi de politique”, a déclaré le dirigeant colombien lors de ce rendez-vous auquel ont également participé le roi d’Espagne, Felipe VI et le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa.

La question sahraouie connaît un soutien sans précédent qui ne cesse de s’accroître à travers le monde, avec notamment le rétablissement des relations diplomatiques avec certains pays témoignant de leur attachement au respect de la légalité internationale et du droit à l’autodétermination et à la souveraineté de la RASD.

Au mois d’août 2022, la Colombie avait pris les devants en annonçant la décision de reprendre les relations diplomatiques avec la République sahraouie, conformément aux principes et objectifs de la charte de l’ONU et de l’accord conclu entre les deux pays le 27 février 1985, à l’issue de l’audience accordée par le président colombien, Gustavo Petro, au ministre sahraoui des Affaires étrangères d’alors, Mohamed Salem Ould Salek.

           

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email