Sommet de l’UA sur le terrorisme : Le rapport de Tebboune à l’ordre du jour – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Sommet de l’UA sur le terrorisme : Le rapport de Tebboune à l’ordre du jour

Sommet de l’UA sur le terrorisme : Le rapport de Tebboune à l’ordre du jour

L’Union africaine a tenu se samedi à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, un sommet extraordinaire sur le terrorisme. L’Algérie a soumis aux participants un rapport détaillé destiné à enrichir les débats des chefs d’Etats africains et à leur proposer des réponses pour contrecarrer ce fléau. Il s’agit d’un véritable plan de lutte contre le terrorisme qui continue de faire des ravages dans le continent.

Dans plusieurs régions de l’Afrique, c’est le règne de la terreur, du chaos, des crimes, des violences et des viols, des rapts et des rackets. Des groupes terroristes sévissent, en attaquant des villages, des populations civiles, en détruisant les infrastructures et en créant un sentiment de peur et d’angoisse. Des dizaines de milliers d’africains ont été obligés de quitter leurs terres et leurs habitations, abandonnant leurs uniques moyens de subsistance. Une situation de guerre imposée qui interdise tout développement, tout progrès.

C’est à l’occasion de ce sommet de l’UA, que le président Abdelmadjid Tebboune a soumis un rapport. L’initiative de ce rapport s’inscrit dans le cadre de l’exercice par le président de la République de la haute mission que lui ont confiée ses pairs africains, et de l’exercice du mandat de l’Algérie en tant que leader de l’UA en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. L’Algérie est reconnue par son expérience dans la lutte contre ce fléau, ainsi que par sa politique de prévention.

Deux aspects se dégagent dans les propositions de ce rapport : le rôle des États africains et celui de la communauté internationale.

Ce rapport, qui constitue un document phare destiné à enrichir les délibérations des chefs d’Etat et de gouvernement lors du Sommet, aborde l’état des lieux concernant la menace terroriste en Afrique et explique les facteurs ayant favorisé sa propagation à un rythme effréné dans toutes les régions du continent.

Le rapport souligne la nécessité de placer la question du terrorisme en tête des priorités de l’Afrique en matière de paix et de sécurité et propose, dans ce sillage, une série de mesures susceptibles de renforcer les capacités individuelles et collectives des pays africains, tout en mettant en exergue la responsabilité qui incombe à la communauté internationale appelée à soutenir davantage les efforts des pays africains.

A cet égard, le Président Tebboune a mis l’accent sur l’ »impératif pour les partenaires étrangers de se conformer à leurs obligations en vertu des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en prêtant davantage assistance aux pays africains engagés dans la lutte contre le terrorisme, y compris à travers la localisation, l’identification et l’extradition des terroristes recherchés basés sur leurs territoires ».

En outre, et dans le cadre de la coopération avec les Nations unies, le Président de la République a souligné l’ »urgente nécessité d’opérer les transformations nécessaires pour permettre la transition vers un nouveau modèle d’opérations de paix qui soit plus adapté aux exigences de la lutte contre le terrorisme en Afrique ».

Quant au niveau continental, Tebboune revient dans son rapport sur l’importance de mettre en place rapidement une liste africaine des individus et entités terroristes, un mandat d’arrêt africain, ainsi qu’un Fonds spécial de l’UA pour la prévention et la lutte contre le terrorisme.

Tebboune a également appelé au renforcement des mécanismes et institutions déjà en place, à l’image du CAERT (Centre Africain d’Etudes et de Recherches sur le Terrorisme), d’AFRIPOL (Mécanisme africain de la Coopération Policière) et du CISSA (Comité des Services de Renseignement et de Sécurité en Afrique), afin de leur permettre de remplir leurs mandats en tant que composantes essentielles de la stratégie de l’UA de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

A travers cette nouvelle contribution de l’Algérie, l’Afrique donne une nouvelle impulsion à la promotion de sa sécurité collective afin de réunir les conditions de son développement et de son intégration.

Cet effort d’adaptation de la doctrine et de la pratique de l’Afrique pour la prise en charge du défi du terrorisme contribue à « stimuler la coopération internationale dans un contexte où l’unité d’action de la communauté internationale doit demeurer une priorité ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email