Pas de soldes d'été faute d'autorisations des walis  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Pas de soldes d’été faute d’autorisations des walis 

Pas de soldes d’été faute d’autorisations des walis 

Dans les rues et boulevards d’Alger-Centre, première destination des Algérois pour faire leur shopping, les passants restent hagards face à l’absence de tout signe de soldes dans les magasins, en cette période d’été, propice comme chaque année à la réclame et à liquidation.
Les soldes constituent une aubaine pour les petites bourses et les chalands de tout niveau sociale pour soit granir une garde-robe ou vêtir les enfants avant la rentrée scolaire.

« Je suis passée par le 1er-Mai et la rue Hassiba-Ben Bouali, cherchant des vêtements moins chers. Je pensais que c’est la période des soldes », confie, avec déception, au Jeune Indépendant une mère de famille rencontrée à la place Audin.
« L’année dernière, j’ai acheté des articles d’été à des prix raisonnables en cette période grâce aux soldes », précise-t-elle. Elle regrette de ne rien trouver. 

Selon Amine, un jeune de 24 ans rencontré à Meissonnier, « les prix affichés sur les articles sont trop exorbitants. C’est hors de portée. J’espérais trouver des soldes comme chaque saison mais, malheureusement, je pense que je vais retourner les mains vides ».

En effet, la majorité des personnes rencontrées dans les rues d’Alger ignoraient la date du début des soldes d’été pour cette année, et ce à cause d’une absence de communication de la part du ministère du Commerce et des associations concernées, et ce à travers les communiqués, les médias ou encore les affiches dans les rues.

« Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas de publicité sur les soldes. On les attend depuis une semaine », s’interroge Imène, jeune étudiante de 21 ans. « Comme je suis étudiante, j’essaie de profiter des soldes pour acheter des vêtements pas trop chers. Mais vu qu’il n’y a rien pour l’instant, dit-elle au Jeune Indépendant, je suis obligée d’attendre encore, peut-être en août ou septembre ».

Contrairement aux années précédentes, lorsque les algérois se précipitaient, notamment en cette période d’été, pour s’offrir des produits à des prix promotionnels, cette année, il n’est pas pas prévu à l’évidence de soldes dans la capitale, tandis qu’ils vont bientôt se terminer dans d’autres pays.

Selon Tahar Boulenouar, président de l’ANCA, ce retard est du au fait que les walis qui n’ont pas encore délivré les arrêtés de vente en soldes pour cette saison dans les différentes wilayas.  

D’habitude, à la fin du mois de juillet, soit du 21 au 24 du mois, et quatre semaines durant, les centres commerciaux, les magasins et les locaux de commerce sont bondés de gens, venant profiter des soldes estivales.
Cette semaine, rien n’est encore affiché, ni sur les façades des magasins ni sur les sites électroniques réservés à la vente en ligne, qui a été instituée par un décret exécutif. 

Ce dernier précise les conditions et modalités d’exercice de la vente en période de soldes, de la vente en cas de liquidation des stocks, ainsi que de la vente en usine. On inclut également la vente hors magasins à l’aide de colis.
Cependant, l’organisation des ventes en soldes constitue une opportunité importante pour les commerçants afin de dynamiser et de promouvoir leurs activités. Elles offrent aux consommateurs l’occasion de bénéficier d’un choix plus varié, à des prix promotionnels, de divers biens et services. 

Contacté par le Jeune Indépendant, Hadj Tahar Boulenouar a indiqué que les commerçants n’ont reçu jusqu’à présent aucune autorisation de la part des walis pour entamer l’opération des soldes. 

« Pour le moment aucune date n’a été fixée », déclare-t-il. « Dès que les commerçants recevront l’arrêté des walis, ils entameront les soldes des différents produits de consommation », affirme-t-il. Il assure que la période des soldes peut commencer en août pour s’étaler jusqu’à septembre.
« Les dates sont fixées par un arrêté du wali sur proposition des directeurs de wilaya du commerce territorialement après consultation des associations professionnelles concernées », explique-t-il.  

Il ajoute que « le wali a le droit d’avancer ou de retarder la date des soldes selon la région ». En outre, M. Boulanouar fait savoir que les commerçants sont tenus de déclarer auprès des directions du commerce leurs produits à vendre et la quantité, en mentionnant l’ancien et le nouveau prix afin de permettre aux clients de faire leur choix ». « Nous sommes prêts pour les soldes, notamment pour ce qui est de l’habillement, des affaires scolaires et de l’électroménager », ajoute-t-il.  

Il convient de noter que les dates de déroulement de ces soldes d’été, applicables à chaque wilaya, sont fixées en application des dispositions du décret exécutif n° 06-215 du 18 janvier 2006 fixant les conditions et les modalités de réalisation des ventes en solde, des ventes promotionnelles, des ventes en liquidation de stock, des ventes en magasins d’usine et des ventes au déballage, modifié et complété. 

Selon un communiqué du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, les ventes en solde sont autorisées deux fois par année civile. Chaque opération, d’une durée continue de six semaines, doit intervenir durant les saisons estivales et hivernales. Les ventes en solde sont réalisées durant les périodes comprises entre les mois de janvier et février pour la période hivernale et entre les mois de juillet et août pour la période estivale.

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email