-- -- -- / -- -- --
Monde

Six civils tués dans une frappe US contre un hôpital à Deir ez-Zor

Six civils tués dans une frappe US contre un hôpital à Deir ez-Zor

Un bombardement des Forces aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis contre un hôpital dans la province syrienne de Deir ez-Zor a fait six victimes et 10 blessés parmi la population civile, annonce dimanche l’agence SANA.

Une frappe aérienne effectuée par des avions de combats de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a tué 6 personnes et en a blessé 10 autres dans la ville de Boukamal, dans la banlieue est de Deir ez-Zor.

Selon l’agence de presse syrienne SANA, les appareils ont bombardé l’hôpital d’Aïcha, Nadi et le rond-point de Chouhadaa, situés à Boukamal. Le média précise que parmi les victimes figurent des femmes et des enfants.

On signale également des dégâts matériels dans les infrastructures. Hier, des avions de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ont frappé la localité de Tayba dans la banlieue de Mayadine, faisant au moins 10 morts parmi les civils, selon SANA.

Plus tôt dans la semaine, l’agence avait fait état d’au moins 18 morts dans des frappes aériennes effectuées par la coalition antiterroriste dans la zone de Deir ez-Zor. Toujours d’après SANA, les raids de la coalition provoquent également d’importantes destructions sur le terrain.

L’US Air Force se fait discrète pour échapper à toute responsabilité
Lors de leurs opérations en Syrie, l’armée de l’air américaine et la coalition internationale ont toujours invoqué des « erreurs » pour ne pas porter de responsabilité pour la mort de civils.

Déjà en janvier 2014, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov avait livré ce commentaire en guise de réponse à une déclaration faite par le général de brigade américain Charles Corcoran, dans les colonnes du Wall Street Journal de mardi.

Le général avait déploré des « rapprochements dangereux » des chasseurs russes avec des avions de l’US Air force en Syrie. « L’aviation des États-Unis et de la coalition internationale tente de se faire discrète dans ses opérations en Syrie. Nos collègues Américains n’aiment pas informer sur leurs plans d’utilisation des avions de combat, et alors ils mentionnent — très rarement — un laps de temps ou une zone approximative.

Mais ils ne signalent jamais les types d’avions concrets, ni leur appartenance. Cela leur permettait, si les avions de la coalition commettaient une « erreur » tragique, d’échapper à toute responsabilité pour la mort de civils et la destructions d’ouvrages d’infrastructure », a déclaré le porte-parole.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email