-- -- -- / -- -- --
Culture

Six Algériens pour le Tanit d’or

Six Algériens pour le Tanit d’or

La prochaine édition des Journées cinématographiques de Carthage, la vingt-sixième du genre qui aura lieu du samedi 21 au samedi 28 novembre, sera l’occasion pour six réalisateurs de voir leurs films respectifs remporter le Tanit d’or.

Sélectionnés pour la compétition officielle de la vingt-sixième édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), six films d’Algérie sont en lice pour la plus haute distinction : « Le puits » de Lotfi Bouchouchi et « Madame courage » de Merzak Alouache dans la catégorie des longs métrages, « Babor Casanova » de Karim Sayad et « Lmuja » de Omar Belkacemi dans les courts métrages, « Contre-pouvoirs » de Malek Bensmail et Fi « Rassi rond-point » de Hassen Ferhani dans la catégorie des films documentaires.

Lors de la conférence de presse, ce mardi 3 novembre, les organisateurs ont annoncé que près de 500 projections de films sont prévues entre l’intérieur du pays et Tunis.

Dans la catégorie des longs métrages, dix-sept œuvres sont en compétition, dont celles des deux réalisateurs algériens. A Carthage, une grande partie de l’histoire du cinéma d’Afrique et du monde arabe y sera écrite. Des personnalités émérites sont passées dans ces Journées, faisant découvrir leurs films qui sont devenus des classiques.

De même que nombre de générations de cinéastes, de cinéphiles, de journalistes et de critiques peuvent témoigner de ce rendez-vous incontournable du paysage cinématographique africain, arabe et international. Dans ce sens, cette session s’affirme, une fois de plus, dans son identité africaine et arabe tout en restant ouverte aux nouveaux cinémas et aux nouvelles expressions artistiques du monde.

En s’articulant autour de trois mots : « Dialoguer, rêver, avancer », ces 26e JCC s’annoncent dans l’esprit de partage et d’innovation, dans un contexte de changement dynamique en Tunisie.

Au-delà des trois premiers prix (Tanit d’or, d’argent et de bronze pour toutes les catégories de film), le Grand jury (sept membres dont l’ambassadrice palestinienne Leila Shahid) décernera aussi le Prix Spécial et celui du meilleur scénario. Il sera présidé par le Marocain Noureddine Sail pour les longs et courts métrages, celui des films documentaires par Daniele Incalcaterra (Italie-Argentine). Aussi, cette édition sera marquée par le prix de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) pour le meilleur technicien (décor).

Ces JCC ne manqueront pas de rendre hommage à nombre de personnalités culturelles disparues : des femmes du cinéma égyptien telles que Faten Hamama et Maryem Fakhreddine, le cinéaste portugais Manoel de Oliveira, le Tunisien Nouri Bouzid, Habib Masrouki de Tunisie, la cinéaste et romancière algérienne Assia Djebar en présence de 300 invités de toutes nationalités, réalisateurs, producteurs, acteurs, musiciens, professionnels du cinéma et journalistes du monde entier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email