Signature d’une convention entre les patrons algériens et ivoriens – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Signature d’une convention entre les patrons algériens et ivoriens

Signature d’une convention entre les patrons algériens et ivoriens

Les hommes d’affaires algériens et ivoiriens se sont mis d’accord sur l’importance de conquérir le marché africain, notamment la zone subsaharienne, et ce à travers un partenariat gagnant-gagnant.

Dans ce cadre, le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli, a invité les entreprises ivoiriennes à découvrir les entreprises algériennes et le marché national, précisant que l’objectif de son organisation est de rappeler que les choses changent en Algérie. « Il existe de l’opportunité et le cadre réglementaire a beaucoup changé en faveur des investissements étrangers, surtout pour nos amis africains », a indiqué ce mercredi M. Agli en marge de la signature d’un mémorandum d’entente entre la CAPC et la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) à El-Mouradia, à Alger.

Il a ajouté que ce mémorandum est une occasion de présenter les grandes opportunités mais aussi de comprendre les besoins des entreprises ivoiriennes « pour que nos entreprises puissent vendre et exporter plus vers ce pays », a-t-il précisé. Et pareillement pour les entreprises ivoiriennes.

Pour sa part, Abdelwahab Ziani, président de la CIPA (Confédération des industriels et producteurs algériens), a indiqué que le rôle de la CAPC est de montrer les moyens que recèle l’Algérie pour les investissements, rappelant les engagements du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à ce sujet ainsi que les avantages de la nouvelle loi sur l’investissement, qui offrent un climat propice pour les étrangers, notamment les entreprises privées.

Par ailleurs, M. Ziani a annoncé la tenue, en octobre 2022, d’une rencontre avec les hommes d’affaires ivoiriens en Côte d’Ivoire pour élargir les échanges commerciaux et importer certaines matières premières, dont l’importation depuis l’Europe et la Chine revient cher au pays, à l’instar des produits agroalimentaires.

De son côté, le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Jean-Marie Ackah, a déclaré que l’objectif de ce mémorandum est de créer un cadre de collaboration afin d’accroître les échanges commerciaux entre les deux entreprises. Le même patron a indiqué, lors de son intervention, que les échanges commerciaux ne sont pas à la hauteur des relations fraternelles, historiques et politiques des deux pays.

Même si, a-t-il argumenté, « la Côte d’Ivoire est considérée comme le premier partenaire commercial de l’Algérie en Afrique subsaharienne, notamment en matière d’exportation de café ». Ce qui nécessite, selon lui, la création de nouveaux partenariats d’affaires et la mise en place d’une stratégie industrielle. M. Ackah a précisé que l’Algérie a le potentiel et les moyens essentiels pour conquérir le marché africain, tout en tissant des partenariats gagnant-gagnant. 

Quant à l’ambassadeur ivoirien, Voho Sahi Alphonse, il a déclaré que le moment est venu pour que l’Algérie aille en Afrique « où nous l’attendons, avec tous les moyens qu’elle a, à tous les niveaux ». 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email