-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sidi Saïd annonce son départ de l’UGTA

Sidi Saïd annonce son départ de l’UGTA

Le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a révélé, ce dimanche à Alger, être atteint d’un cancer qui le contraint à céder sa place à la tête du plus vieux syndicat du pays.

S’exprimant devant les cadres de la Centrale syndicale réunis à l’Institut national des études et de la recherche syndicales (INSRS), Sidi Saïd a tenu à annoncer d’emblée son départ de son poste, sans s’attarder sur les détails de cette décision.

Ainsi, et après 20 ans à la tête de la Centrale syndicale, l’indéboulonnable patron de l’UGTA avoue : « Je devrais partir en retraite. On dit que je suis malade. Certes, je ne vous le cacherai pas, je suis vraiment malade, et ce n’est pas une honte de l’être ».

« Actuellement, je me soigne. J’ai préféré l’annoncer moi-même, et malgré la précarité de mon état de santé, je garderai mon esprit de militant syndicaliste », a-t-il déclaré.

« Pour ceux qui spéculent concernant mon départ, je vous informe que j’ai demandé une évaluation de ma carrière professionnelle », a ajouté Sidi Saïd, estimant que cela est un droit.

Sidi Saïd, qui vient confirmer officiellement une rumeur qui circulait depuis plusieurs mois concernant son état de santé, a indiqué que ceux qui spéculent visent sciemment à semer la zizanie dans les milieux des syndicalistes et des travailleurs.

Cependant, Sidi Saïd n’a pas précisé la nature du cancer dont il souffre ni avancé une date précise pour son départ.

Par ailleurs, le SG de l’UGTA a rappelé que le syndicat comptera à partir d’octobre prochain un million d’adhérents, et qu’aucun syndicaliste n’aura le droit de placer son fils après son départ. Il a qualifié de « normal » le fait qu’il existe des conflits au sein de l’organisation syndicale, mais cela reste dans un cadre de respect entre les travailleurs. Il a aussi rappelé que l’UGTA n’adopte pas le langage de l’hypocrisie et préfère la franchise avec tous les partenaires sociaux, tant privés que publics.

Il a précisé dans le même sillage que la culture de l’insulte et de l’injure ne fait pas partie des pratiques de l’UGTA, soulignant par la même occasion que son devoir de défendre en même temps les travailleurs et la République. « L’UGTA œuvre constamment à protéger réellement les droits de nos travailleurs et à satisfaire leurs revendications professionnelles », a affirmé Sidi Saïd. Ces efforts, a-t-il expliqué, s’inscrivent aussi dans la préservation de la stabilité sociale du pays. Il est attendu que Sidi Saïd, installé à la tête de l’historique Centrale syndicale depuis l’assassinat du défunt Abdelhak Benhamouda en 1997, passe éventuellement le relais lors du prochain congrès de l’UGTA. Cette décision fait suite à la dégradation remarquable de son état de santé et après avoir effectué plusieurs déplacements à l’étranger pour des soins, notamment en France et en Suisse.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email