-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sidérurgie: Qu’est devenu l’accord entre Haddad et Danieli

Sidérurgie: Qu’est devenu l’accord entre Haddad et Danieli

Quel devenir de l’accord de partenariat entre Ali Haddad et l’italien Danieli concernant l’usine sidérurgique de Berrahal ? Quand on voit pourrir, dans le port de Skikda, les centaines de tonnes de matériels destinés à la construction de cette usine de fabrication de l’acier, on ne peut supporter ce spectacle désolant. De même, le port d’Annaba contient plusieurs machines démontées, et qui sont destinées à l’usine d’acier de Berrahal.

Selon plusieurs sources, les équipements industriels posés à même les quais commencent sérieusement à s’enrouiller. Les pouvoirs publics doivent réagir immédiatement pour trouver une solution concernant ce projet sidérurgique. D’autant qu’il s’agit d’un projet qui pourrait absorber le chômage que la wilaya d’Annaba connaisse, et répondre aux  besoins en produit ferreux de l’Algérie.

Même si Ali Haddad a été condamné définitivement avec la saisie de tous ses biens, l’usine sidérurgique de Berrahal, dont les travaux de construction avaient commencé, puis cessé au lendemain de l’arrestation de l’homme d’affaire,  devrait être reprise par l’Etat ; lequel devrait aussi ordonner la reprise des travaux avec la levée du matériel gelé au port de Skikda. Ce projet de construction d’une usine sidérurgique à Berrahal est intervenu suite à un accord de partenariat, signé en 2017, entre les groupes dirigés par Ali Haddad et le géant européen de la sidérurgie, l’italien Danieli.

Le projet sidérurgique, bâti au niveau de la zone industrielle de Berrahal sur une superficie de 160 hectares pourrait générer plus de 2000 postes de travail directs et encore plus d’emplois indirects. La durée de construction  de cette future usine sidérurgique a été estimée à 18 mois et devrait être opérationnelle en Juillet 2019. Son coût est de 400 millions de dollars.

Selon des spécialistes du secteur,  cette usine  sidérurgique, peu polluante, pourrait produire entre 850.000, voire un million de tonnes de rond à béton (RAB), dès sa première  mise en fonctionnement.  Elle fonctionnera  à l’instar du complexe sidérurgique de Bellara (Jijel) avec plusieurs fours, qui seront alimentés en gaz naturel ou par électricité, contrairement au complexe sidérurgique d’El-Hadjar qui continuera de fonctionner avec du charbon.

Pour le moment, l’usine sidérurgique de Berrahal est entrain de connaitre les premières rouilles. En attendant des décisions fermes des autorités.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email