Le réalisateur Sid-Ali Mazif tire sa révérence – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Le réalisateur Sid-Ali Mazif tire sa révérence

Le réalisateur Sid-Ali Mazif tire sa révérence

La scène culturelle algérienne est en deuil. Le réalisateur Sid-Ali Mazif s’est éteint mardi soir, à l’âge de 80 ans, à son domicile, sis à Alger-Centre. Cette triste nouvelle a été annoncée par sa famille sur les réseaux sociaux.

Le cinéaste engagé lègue un riche patrimoine. Il laisse derrière lui une filmographie exceptionnelle, qui a marqué le cinéma algérien. Ses films, à l’exemple de Leïla et les autres, ont connu un franc succès en Algérie et à l’international.

Né en 1943 à Alger, Sid-Ali Mazif a débuté sa carrière comme assistant sur Vingt ans à Alger, de Marc Sator, avant de rejoindre I’INC (Institut national du cinéma) à Ben Aknoun (Alger) de 1964 à 1966, où il a réalisé trois courts métrages, à savoir la Vie à deux, les Deux Soldats et Touhami. Il est entré au Centre national de la cinématographie et de l’audiovisuel (CNCA) juste avant qu’il ne soit intégré à l’Office national pour le commerce et l’industrie cinématographique (ONCIC).

Parmi d’autres courts métrages qu’il a réalisés figurent également la Cueillette des oranges (1967), le PaludismePaludisme Le paludisme est une maladie infectieuse potentiellement mortelle due à plusieurs espèces de parasites appartenant au genre Plasmodium. Le parasite est transmis à l'homme par la piqûre de moustiques infectés. en Algérie (1967), Sucreries d’El-Khemis (1968), Nifta (1971), Volontariat (1973).

Il a réalisé un épisode intitulé la Rencontre pour le collectif « L’enfer à dix ans » (1968, co-réalisé par Ghaouti Bendedoouche, Abderrrahmane Bouguermouh, Amar Laskri et Youcef Akika) et un autre intitulé le Messager pour le collectif « Histoires de la Révolution » (1969, co-réalisé par Rabah Laradji et Ahmed Bedjaoui). Son premier long métrage, Sueur noire (al-‘Araq al-Aswad) (1972), relatait la prise de conscience politique d’un jeune Algérien. Plus militant, les Nomades (1975), souligne l’importance des fermes collectives pour les paysans algériens.

Au début de sa carrière, le réalisateur engagé a connu plus de bas que de hauts. C’est à partir de sa troisième œuvre que Sid-Ali Mazif a percé. Il a travaillé en étroite collaboration avec le compositeur Ahmed Malek. Son film référence Leila et les autres, sorti dans les salles en 1977, est considéré comme l’une des plus belles réalisations cinématographiques sur la condition féminine en Algérie.

D’ailleurs, cette œuvre, qui a généré plus de 600 000 entrées lors de ses premières projections, a marqué un tournant dans le cinéma algérien grâce à une présentation audacieuse et sa défense des droits moraux et matériels de la femme algérienne. Le cinéaste a également écrit le scénario du film Envers du miroir (2007) et produit le Patio (2015) dans le cadre de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe », et Palmiers blessés.

Le décès de Sid-Ali Mazif survient à quelques mois seulement après la mort de son épouse et sa complice de toujours, Keltoum.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email