-- -- -- / -- -- --
Op-Ed

Si un jour vous partez !

« Si critiquer Ali Haddad peut faire avancer l’Algérie, alors qu’ils le fassent », déclare l’homme sujet, en ce moment, à toutes les « opprobres » politiques et populaires. Celui, aujourd’hui, qualifié d’analphabète quadrilingue dans les cercles restreints du pouvoir. 

Le « pantin » en escale politicienne « élu », pour les besoins d’un timing mystérieux, au siège de golden boy nécessaire à l’image de l’Algérie émergente, ouverte pour les jeunes ambitieux, ces jeunes démarrant de l’analphabétisme pour arriver aux cimes du pouvoir. Un programme machiavélique, nécessaire pour placer un pion à droite, des millions à gauche, la diversion tout droit… 

Louisa Hanoune ne semble pas critiquer le président du FCE, non, son niveau à elle, espérons-le, ne se pose pas sur la même balance des millions extorqués illégalement à l’Algérie, que ce genre d’homme empêche d’avancer justement.

Hanoune tout juste qu’elle secoue la cloche accrochée au cou de la chèvre de M. Seguin, face à elle, de toute part, des loups dégoulinant de bave et de sueur sur sa chaire. Sur sa peau souillée, suintée. Elle, c’est l’Algérie qui meurt par veuvage. La tirette d’alarme est actionnée pour les sourds qui se réclament patriotes. Intègres.

Pour les hommes d’Etat, non pas ceux du pouvoir inventant un régime de rentiers. Où allons-nous les gars, semble hurler la trotskiste ? Arrêtez ce mec, arrêtez le baragouinage de cet individu qui risque de démolir durant longtemps le QI moyen de nos vrais dirigeants, moyennement compétents déjà !

Dites stop à la « tbahdilation » qui ferait rougir le dernier de nos jeunes « emmurés » par le chômage, seul modèle social disposant, scotchés par d’étranges directives de restrictions budgétaires comme seuls projets de lectures administratives… Arrêtez d’actionner vos caméras devant de tels sketchs politicards faisant d’un pays comme le nôtre un recueil d’humour à grignoter de délice par les étrangers…

Lâchez l’affaire de la succession aux jeunes enfants de l’Algérie qui souffrent de l’absence du père et gardez… gardez vos sacs, vos butins de gouvernance… le peuple saura toujours pardonner à vos crocs marquant son âme. Faut lâcher prise !

Ne pas s’accrocher à l’agonie de ce pays en mettant la seule « inconscience » comme programme politique. Il y a des actes qui pèsent… dans les consciences éveillées. Osez pour une fois être original dans l’histoire en marquant une pause à votre nébuleuse multidimensionnelle. Une pause pour le grand et pour le petit voleur. Juste un recul.

Pour que vous méritiez au moins la médaille du revenant, si, par miracle, vous referiez un tour à l’avenir… quand vous et votre FCE, RND et FLN ne serez plus là. Quand les « picotements » de siéger seront guéris. L’ivresse du pouvoir mue à la lucidité de la compétence. Le temps d’une courte disparition et revenez contempler le pouvoir des enfants de l’Algérie… les vrais !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email