-- -- -- / -- -- --
Nationale

Seuls 193 terminaux sur les 2 790 installés fonctionnent

Seuls 193 terminaux sur les 2 790 installés fonctionnent

Le paiement électronique accuse un sacré retard et tire vers le bas le développement de ce mode de paiement qui est aujourd’hui préconisé dans les économies modernes.

Aujourd’hui, seuls 193 sur les 2 790 terminaux installés sont opérationnels. Ce chiffre, communiqué hier par le directeur général de l’Organisme de régulation de la monétique (ORM), M. Mouatassem Boudiaf, sur les ondes de la Radio nationale, permet de prendre la mesure de ce retard accusé par l’économie nationale dans ce segment.

Le même responsable a indiqué que sur le million de cartes de paiement et de retrait de dividendes délivrés à ce jour, les détenteurs n’ont effectué, en tout et pour tout, que 11 000 transactions soit à peine 1% parmi ces derniers.

Parmi les autres problèmes entravant l’usage des cartes de paiement, Mouahtassem Boudiaf cite le manque de confiance de leurs détenteurs pour ce qui concerne la sécurité des transactions mais aussi la frilosité de commerçants à utiliser les terminaux de paiement « qu’ils cachent dans leur tiroir ».

Pour rappel, un Groupement d’intérêt économique de monétique (GIE-monétique), a été créé en janvier dernier avec pour objectif d’accélérer, durant l’année 2015, le développement du paiement électronique en Algérie

Mouatassem Boudiaf a indiqué à cette occasion que « l’année 2015 doit être celle de la généralisation de la monétique », précisant que cet organe de régulation (ORM, Ndlr), créé en juin 2014 par l’Association des banques et des établissements financiers (Abef), est doté des moyens nécessaires pour la mise en œuvre de ses missions.

Deux axes prioritaires ont été définis par le GIE-monétique pour la concrétisation de cet objectif, à savoir le développement du paiement par internet et la généralisation du paiement de proximité par carte bancaire.

Cet organisme est essentiellement chargé de la mise en place d’une monétique nationale totalement interbancaire en associant Algérie Poste tout en assurant l’ouverture sur le monde à travers les deux opérateurs Visa et Mastercard, note le même responsable.
Composé de la Banque d’Algérie et d’un collège représentatif des membres pour un mandat de deux ans, le GIE-monétique est présidé par le président en exercice de l’Abef. Sa gestion est assurée par un administrateur-directeur général.

Le e-paiement reste une chimère en Algérie en dépit des innombrables effets d’annoncées et autres séminaires et partenariats contractés avec des partenaires étrangers pour le faire aboutir.

En effet, à l’exception des quelques factures comme celles du téléphone ou de l’électricité qui peuvent être payées en émettant des virements des comptes CCP via un terminal connecté à Internet ou à un réseau de la téléphonie mobile, le paiement en ligne demeure loin en Algérie.

Les opérations telles que le transfert de l’argent à des tiers (de compte à compte) ou l’achat dans des boutiques physiques via un terminal ne sont pas prêtes d’être effectuées en Algérie. Pourtant, le paiement électronique présente de multiples avantages qui ne manqueront pas de faciliter le quotidien des citoyens, en éradiquant par exemple les interminables queues devant les banques, ou en contribuant à mettre fin au phénomène des « billet en scotch » qui enlaidit notre monnaie nationale. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email