-- -- -- / -- -- --
Culture

Senteurs andalouses

Senteurs andalouses

La soirée de ce jeudi 10 novembre à Alger sera marquée par deux concerts de musique andalouse. L’un est de Lila Bordali au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi sous le thème Il était une fois à Grenade, et l’autre est de Nawel Mebarek qui a repris son album Lemrassem à Ibn Zeydoun.

La chanteuse et musicienne Lila Borsali s’est mise au voyage, le partageant avec son public le temps d’une soirée pour lui raconter la région andalouse de Grenade (Gharnata) dans son histoire musicale.

Le lyrisme sera celui de lectures poétiques d’un conte et de chants hispaniques associé au patrimoine de l’Andalousie. Ce nouveau récital offre des extraits de l’œuvre Les Contes de l’Alhambra (1832) de l’Américain Washington Irving (1783-1859), des titres de l’album Cronicas Granadinas (1978) de l’Espagnol Carlos Cano (1946- 2000) qui évoque, entre autres, la chute de Grenade, le soupir d’un maure et des personnages des mêmes lieux.

Une heure et demie durant, l’assistance à la salle Mustapha-Kateb du Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA) appréciera une visite onirique déclinée en quatre parties par Lila Borsali, soutenue par un orchestre de huit musiciens dirigé par la violoniste Leila El Kébir.

Dans cette fusion prolifique des genres, la chanteuse souhaite établir des « passerelles d’échange intéressants » en restituant, dans des situations multiples, « un ressenti identique », se gardant, d’après elle-même, de toute idée de « relater des faits historiques », rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Elle a expliqué que « les extraits littéraires ou chantés en espagnol et les pièces présentées de notre patrimoine andalou restituent, dans des contextes différents, les mêmes émotions de chagrin, de mélancolie, d’amour et de liberté ».

Le prélude Les chansons exposées des lectures soutenues progressivement soutenues par des préludes – istikhbars –, les différents musiciens donnent à leurs instruments respectifs un rôle de second narrateur, exécutant des modes différents dans des atmosphères conviviales. La chute de Grenade, premier texte lu, sera, entre autres chansons, suivi de Assafi aâla ma madha, La casida del rey.

Le texte Conte d’Ahmed, le pèlerin de l’amour sera illustré en chanson avec, en partie, En Granada et Ana ichqati fi soltane. Le spectacle se poursuivra dans sa troisième partie par la lecture de l’extrait Le conte des trois princesses, mis en scène dans sept pièces chantées dont Ya qalbi khelli el hal et Selli houmoumek.

L’artiste rendra ainsi un bel hommage à la parole et à la poésie, rendu dans une dernière lecture pour conclure son récital, auréolé d’autres pièces du patrimoine andalou comme Mahla dhikrak et Qoudoum el habib.

Comparé à ses pairs du genre andalou, Lila Borsali est de ceux qui se produisent assez régulièrement sur la scène nationale. Et à chacun de ses concerts, elle propose un nouveau concept. C’est ce qui fait probablement l’intérêt porté par le mélomane.

Variété de Nawel

De son côté, la jeune chanteuse Nawel Mebarek invitera le public algérois à un répertoire de variété algérienne, fait de musique kabyle, de folk et de haouzi.

C’est une première pour cette auteure, compositrice et interprète que d’animer une scène, accompagnée de l’orchestre Lfamilya (n.d.l.r, la famille). Nonobstant les reprises, elle a actualisé les titres de son album Lemrassem au bonheur d’une salle relativement pleine. De par sa douce voix, elle se situera entre le hwazi et la folk. Elle revisitera nombre de titres de la musique algérienne, notamment celle d’Idir ou des classiques du hawzi.

Elle s’est également bien inspirée de quelques connues mélodies, celle des artistes comme Cheb Mami et Lili Boniche. Khyal el bahr (L’ombre de la mer) est l’un de ses premiers titres et Talata temsal, un poème de l’écrivain Mouloud Mammeri, sera chanté sur sa propre une composition. Elle offrira également des ballades pop, rock, chaâbi, kabyle, des compositions enrichies par des sonorités de jazz, raï ou encore de valse.

Car la (re)présentation de Lemrassem se veut, cette fois-ci, dans une version beaucoup plus acoustique. Forte de son expérience relative de choriste et de musicienne, Nawel Mebarek est déjà connue pour avoir signé des musiques de téléfilms avant même de se lancer dans une carrière solo marquée avec la sortie de son premier album.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email