-- -- -- / -- -- --
Culture

S’engager pour Gaza à travers le don de livres

S’engager  pour Gaza à travers le don  de livres

Nawal Traboulsi, cofondatrice d’Assabil, première bibliothèque publique libanaise, a lancé sur les réseaux sociaux une collecte de livres pour remplir la librairie Samir Mansour à Gaza, complètement dévastée par les bombardements, et offrir aux enfants la possibilité de lire pour s’évader de leur contexte sanglant.

Dans une interview avec L’Orient-Le Jour, Nawal Traboulsi a souligné que pour des enfants démunis et pauvres, comme ceux de Gaza, « la lecture est un plaisir accessible, et c’est merveilleux aujourd’hui que ces bouts de papier puissent leur servir de voyage, eux qui vivent dans des conditions si misérables. Les livres leur permettront, je suis sûre, d’ouvrir les barrières de cette prison à ciel ouvert qu’est Gaza et de leur apprendre qu’ailleurs, il y a autre chose que l’apartheid dont ils sont victimes. Car c’est beaucoup grâce aux livres que se sont construites les démocraties de ce monde. »

Soucieuse de l’avenir d’enfants qui grandissent sans lire, Nawal Traboulsi s’est dit qu’il fallait que des livres continuent d’arriver à Gaza. « Il ne faut pas que les livres disparaissent de Gaza », a-t-elle insisté.

Racontant la manière dont elle a fait parvenir les livres au Palestine, Mme. Traboulsi a rappelé que l’initiative a touché également d’autres pays comme la Tunisie, la France, l’Irlande. « De fil en aiguille, j’ai donc pris contact avec l’Union des éditeurs libanais qui se chargeront de transmettre les livres rassemblés à l’Union des éditeurs égyptiens qui, à leur tour, se chargeront de faire voyager les bouquins jusqu’à Gaza. Nous espérons pouvoir envoyer nos caisses au mois d’août. Les donations de livres de fiction, de non-fiction, neufs ou usagés, en anglais et arabe, peuvent donc encore se faire jusqu’à la fin du mois de juillet », a-t-elle précisé.

Par ailleurs, l’espace Madart à Carthage a accueilli  vendredi dernier un cycle de projections dédié au cinéma palestinien.

Exprimant sa solidarité avec la cause palestinienne, l’espace Madart a invité le public à découvrir quelques-uns des meilleurs films palestiniens réalisés ces dernières années et abordant l’actualité du conflit palestino-israélien.

Ce programme de projections comprend deux films d’animation dont Wardi de Mats Grorud, Wajib d’Annemarie Jacir, ainsi que d’autres films qui ont été primés aux plus prestigieux festivals internationaux, à l’instar de 200 mètres d’Ameen Nayfah, It Must Be Heaven d’Elia Suleiman.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email