-- -- -- / -- -- --
Nationale

Selon un Sondage du Figaro Près de 86% des Français hostiles aux excuses

Selon un Sondage du Figaro Près de 86% des Français hostiles aux excuses

Les Français rejettent toujours l’idée des excuses officielles pour le passé colonial de la France en Algérie. C’est ce qu’ont affirmé les résultats d’un sondage d’opinion en ligne lancé par le journal français Le Figaro la semaine dernière. Le sondage pose la question suivante aux internautes  : la France doit-elle s’excuser pour son passé colonial, comme le demande l’Algérie ? 

Ce sondage est adressé aux abonnés à sa version numérique. Selon les résultats annoncés sur le site du journal, le nombre des votants a atteint 198 177 voix, dont 85,84% ont voté « Non » et 14, 16% ont voté « Oui ».
Visiblement, la grande partie des voix exprimées refuse que la France s’excuse officiellement de l’Algérie pour son passé colonial. Quant aux motifs avancés dans les commentaires des internautes ayant réagi à ce sondage, ils varient et versent, grosso modo, dans la justification des actes commis par leurs pères dans un contexte historique de guerre qu’ils qualifient de « spécial », où il y a eu « des victimes de part et d’autre » ! 
Ce sondage d’opinion est sans aucun doute loin d’être anodin. Il intervient dans un contexte général particulier marquant les relations entre Alger et Paris et le choix du Figaro de ce timing, soit le 5 juillet, en dit long sur la visée du sondage. 

Il a été lancé le lendemain de l’entrevue accordée par le président de la République Abdelmadjid Tebboune à la chaine de télévision française publique France24 à l’occasion du 58ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie où cette question a été évoquée. Le président Tebboune avait considéré alors que la restitution d’une partie des restes mortuaires des résistants martyrs, deux jours avant cette interview, est « une demi-excuse par la France ». 

Du côté d’Alger, les hautes autorités ont qualifié ce pas de « positif » de la part de la France officielle actuelle, rappelant à maintes occasions que le président Emmanuel Macron a fait part de « sa volonté de relancer des relations bilatérales entre les deux pays sur des bases solides et durables ».

Le Figaro qui a presque deux siècles d’existence est plus ancien quotidien de la presse française et l’un des grands médias composant le paysage médiatique de l’Hexagone. Il appartient au groupe de presse la Société du Figaro et adopte une ligne éditoriale s’inscrivant dans une tendance de droite conservatrice .
Il est connu pour être proche du Mouvement RPR ( Rassemblement pour la république) fondé par l’ancien président Jacques Chirac, et fait sa devise « la grandeur de la France ».

Tous ces éléments sont révélateurs de l’influence que pourrait exercer ce média sur l’opinion publique française et son orientation par rapport aux questions liées à son histoire et ses relations internationales. 

Des relations souvent mouvementées
Pour rappel, les rapports diplomatiques entre l’Algérie et la France ont connu des moments de troubles et une dégradation inédite, notamment en mois de mai dernier suite à ce que qualifient certains observateurs « d’attaque médiatique aux mauvais desseins ». 
Les brouilles ont monté d’un cran après la diffusion de deux documentaires sur deux chaines de télévision, LCP et France 5, dont le contenu visait à porter atteinte à l’image du Hirak du 22 février 2019. La diffusion de ces deux documentaires a suscité le courroux de l’opinion publique nationale et l’indignation des hautes autorités à Alger qui ont vite rappelé leur représentant diplomatique à Paris pour consultations.
Bien avant, « le nœud conflictuel » entre Alger et Paris ne cessait de se tordre davantage. En mois d’avril, l’ambassadeur de France avait été convoqué, rappelons-le, par le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum afin de lui faire part des « vives protestations » d’Alger et de dénoncer les propos « mensongers » tenus par un expert intervenu sur le plateau de la chaine de télévision France 24 à laquelle le président Tebboune avait accordé une interview à la veille du 58ème anniversaire de l’indépendance. M Abdelmadjid Tebboune avait réagi à la sortie de cet expert en accusant ce média « d’avoir servi de vecteur à ce chercheur afin de proférer un torrent de haine et de diffamation contre l’institution militaire ». 
Règlement ‘’conditionné’’ du dossier de la mémoire

Depuis le mois de juin, Alger et Paris décident d’engager leurs relations sur la voie de l’apaisement. Des échanges téléphoniques ont eu lieu entre les deux présidents et les déclarations du ministre conseiller à la communication, porte-parole de la présidence de la République, Belaid Mohand-Oussaid venaient affirmer cette « accalmie ».
« Le président Macron fait montre de bonnes intentions à même d’entretenir des relations durables avec l’Algérie et le président de la République lui éprouve du respect. Cependant, il y a des lobbies religieux et idéologiques en France qui n’ont pas encore digéré l’indépendance de l’Algérie et tentent de brouiller les relations entre les deux pays », avait indiqué le porte-parole de la présidence.

Pour le chef de la diplomatie algérienne, M Boukadoum les choses sont claires : « l’Algérie ne cèdera pas sur la question de la mémoire ». Le règlement de ce dossier, estime-t-il, reste tributaire de la restitution de tous les restes mortuaires des chouhadas séquestrés en France, de la récupération des archives, sans oublier le règlement du dossier des essais nucléaires effectués à Reggane au sud-ouest algérien durant les années soixante.

La question mémorielle a toujours fait l’objet de vives polémiques. En 2005, les parlementaires français osaient parler des bienfaits du colonialisme. Une loi glorifiant la colonisation comme une « mission civilisatrice » pour les pays ayant subi la barbarie de l’agresseur, a été dès lors adoptée. 

Aujourd’hui, les deux pays envisagent de mener « un travail mémoriel » afin d’affronter « les évènements douloureux de la période coloniale », qui continuent de peser lourdement sur leurs relations diplomatiques. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email