-- -- -- / -- -- --
Nationale

Selon Saâdani : la révision de la constitution aura lieu en janvier

Selon Saâdani : la révision de la constitution aura lieu en janvier

Alors que le chef du cabinet de la Présidence, Ahmed Ouyahia, annonçait récemment sur le plateau d’une chaîne de télévision privée que la révision de la Constitution aurait lieu avant la fin de cette année, le chef du parti majoritaire avance une autre date.

Pour le patron du FLN Amar Saâdani, le chantier cher à Bouteflika devrait se concrétiser en janvier prochain, soit dans un mois. Sans préciser encore les grandes nouveautés de cette révision, Saâdani s’est contenté de la simple annonce, se refusant à tout autre développement sur ce projet. La déclaration du SG du vieux parti a été relevée hier à Alger lors d’une rencontre entre le FLN et une délégation sud-africaine.

Depuis quelques jours, des sources estimaient que l’affaire de la révision allait « être close » en principe avant la fin de cette année, comme le prédisait Ouyahia. Or, il semble que l’agenda du chef de l’Etat ait chamboulé complètement cette prévision, laissant croire que des « dissensions de dernière minute » avaient surgi sur certains dispositifs de cette révision.

Bien qu’on ne sache rien sur la nature de ces divergences, techniques ou politiques, nos sources évoquent un certain avancement dans la configuration générale du texte remanié et corrigé.

On sait qu’une trentaine de constitutionnalistes avaient adressé des contributions à ce projet présidentiel, sans parler des apports des partis politiques et des personnalités nationales consultées aussi bien par Bensalah que par Sellal, et enfin par Ouyahia en 2014.

Le retard dans l’agenda présidentiel semble être la nouvelle configuration du pouvoir au plus haut sommet de l’Etat. Avec le départ du général Toufik et de ses principaux lieutenants au sein du DRS, et l’intrusion en force du chef d’état-major de l’ANP, Gaid Salah, comme le suggèrent les récentes images diffusées par l’ENTV, le projet de la nouvelle Constitution pourrait être décliné vers l’écoute des nouveaux « puissants » politiques ainsi que leurs suggestions ou visions.

D’ailleurs, le communiqué de la Présidence a balisé le terrain en soulignant que d’autres rencontres de ce genre (un mini-Conseil des ministres consacré à cette révision) allaient avoir lieu. Il s’agirait des ultimes retouches que peut bien apporter toute la mouvance présidentielle en attendant l’adoption définitive.

C’est ainsi que ce mois-ci sera consacré d’abord à la signature officielle par Bouteflika de la controversée loi de finances 2016 ( on avance la date du 27 décembre), suivie deux jours plus tard par les élections sénatoriales, alors que le mois de janvier 2016 serait celui de la révision constitutionnelle.

Les mêmes sources estiment également qu’un remaniement du gouvernement est dans l’air dès l’adoption de la révision par les deux chambres parlementaires, puisque c’est une option moins coûteuse pour l’Etat que la voie référendaire. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email