-- -- -- / -- -- --
Nationale

Selon l’ONM : «Le déficit pluviométrique peut être comblé»

Selon l’ONM : «Le déficit pluviométrique peut être comblé»

La saison hivernale est marquée par un déficit en termes de pluviométrie dans plusieurs régions du pays. Un déficit qui pourra être comblé dans les jours à venir, a affirmé Mme Houaria Benrekta, météorologue et responsable de la communication à l’Office national de météorologie (ONM).

Selon les estimations de Mme Benrekta, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse tenue hier au forum d’El Moudjahid, il est encore prématuré de parler de sécheresse. Elle a tenu à assurer que le déficit en termes de pluviométrie pourra être comblé dans les jours à venir, car « un déblocage de centres d’action se fait progressivement.

On ira dans les prochains jours vers d’autres perturbations », a-t-elle expliqué. Il est vrai que nous avons enregistré un mois de décembre doux, mais nous avons aussi enregistré des quantités appréciables de pluie au mois d’octobre et de novembre », a souligné Mme Benrekta. Selon les estimations de la responsable de la communication à l’ONM, le déficit pluviométrique a été enregistré dans les régions du nord et de l’ouest du pays, ainsi qu’un excédent des précipitations à l’Est à Alger, le déficit est estimé à -35%, et à-41% à Béjaïa et ce du 1er janvier au 31 décembre.

« Ce n’est pas une situation dramatique, étant donné que nous avions enregistré un déficit plus important que celui-ci en 2010 et en 2011 », a fait savoir Mme Benrekta qui s’est voulue rassurante. Pour ce qui est des wilayas de l’ouest du pays, un déficit de -28% a été enregistré dans la wilaya de Chlef, -31% à Miliana, -25% à Oran, -54% à Mascara et -40% à Maghnia. Néanmoins, a-t-elle dit, un excédent des précipitations a été enregistré dans les régions de l’est du pays avec +15% à Constantine et +25% à Annaba.

Revenant sur les pluies et les chutes de neige qui sont tombées de vendredi après-midi à samedi, la météorologue a affirmé que les prévisions rendues publique par les services de l’ONM se sont avérées justes.

« Nous avons enregistré des quantités de pluies appréciables », s’est-t-elle réjouie. Par ailleurs, et concernant les appréhensions des agriculteurs, Mme Houaria Benrekta a expliqué que l’année agricole, qui s’étale du 1er septembre au 31 août, n’est pas encore finie. « Il faut d’abord attendre que l’année agricole prenne fin pour pouvoir parler de sécheresse agricole ou non », a-t-elle expliqué.

Appel à la promotion de l’information météorologique

Pour sa part, le directeur général de l’ONM, M. Ihaddaden, a appelé à la promotion des données météorologiques. Il a fait part également de l’importance de l’information météorologique diffusée par l’ONM et son rôle dans la prévision et la gestion des évènements climatiques extrêmes ou imprévisibles. « La rapidité de la diffusion de l’information offre une marge de manœuvre considérable aux services concernés pour réquisitionner les moyens matériels et humains adéquats », a-t-il expliqué.

D’énormes moyens sont mobilisés dans le but de fournir des informations météorologiques fiables aux collectivités locales, aux services de la Protection civile, de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie nationale, afin de leur donner le temps nécessaire pour se préparer et s’organiser en cas d’évènement météorologique majeur », a souligné M. Ihaddaden.

S’agissant du chiffre d’affaire, de l’ONM qui est la seule habilitée à diffuser des bulletins réguliers et spéciaux en Algérie, le DG l’a estimé à 85% réalisée par le suspens de la navigation aérienne, 10% réalisés par des opérateurs météorologiques et enfin 5% par une subvention des pouvoirs publics. Evoquant les missions de l’Office national de météorologie, M. Ihaddaden a affirmé que la mission première de la météo consiste à assurer la sécurité météorologique des personnes et de leurs biens.

« La mission de base de la météo est le développement et la maintenance d’un réseau d’observation, la collecte et le traitement de données climatologiques, la prévision du temps, l’élaboration de projections climatiques, ainsi que la recherche dans les domaines de la météorologie et le climat », explique le conférencier.

Selon elle, la météorologie étudie les variations du temps chaque jour et à n’importe quel endroit de la planète « Les données recueillies sont scrupuleusement archivées et constituent des statistiques nécessaires à la climatologie », à ajouté M. Ihaddaden.

Etablissement public à caractère industriel et commercial, l’Office national de météorologie dispose de 400 stations météorologiques, 206 stations de surveillance des couches atmosphériques, stations d’observation en surface et 3 stations d’observation spéciale, sans oublier un effectif de 1 200 personnes composé à 75% de techniciens et ingénieurs et 30% de fonctionnaires, relève le responsable.

Dans ce sens, l’office envisage de créer un conseil scientifique qui permettra de développer les produits internes, a annoncé le DG de l’ONM. Ce conseil fera appel aux universités algériennes, à l’instar de l’université Houari-Boumediene de Bab Ezzouar et de Blida.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email