-- -- -- / -- -- --
Nationale

Melhak : «La situation épidémiologique est inquiétante»

Melhak :  «La situation épidémiologique est inquiétante»

La situation épidémiologique montre des signes inquiétants en Algérie. La campagne de vaccination, qui doit se poursuivre à une cadence régulière, constitue une vraie porte de sortie de la crise sanitaire, mais si le relâchement persiste, la situation peut s’avérer dangereuse, alerte le chercheur et virologue Mohamed Melhak.

Ce n’est que via le strict respect des mesures sanitaires et via la vaccination progressive de la population que nous pourrons bientôt retrouver une vie normale, a affirmé le spécialiste lors de son passage, ce vendredi, sur les ondes de la radio de Sétif. «Si nous continuons avec le même rythme de relâchement, je m’attends à une augmentation significative du nombre de cas dans les jours et semaines à venir. La situation est actuellement préoccupante et peut devenir dangereuse si nous n’acceptons pas la vaccination massive et respectons les mesures préventives», a averti le virologue.

Pour enrayer la propagation du virus et limiter la pression sur les structures sanitaires, le spécialiste estime qu’il est plus que jamais urgent de redoubler d’efforts pour respecter scrupuleusement les mesures sanitaires et encourager la population à se faire vacciner.

«En tant que chercheurs, nous avons peur de la période à venir, où il y aura de nombreux évènements nécessitant des rassemblements, à l’instar des mariages et autres

fêtes. Le virus est toujours parmi nous et restera avec nous pendant de nombreuses années après la vaccination mais isolément, comme d’autres épidémies comme la grippe par exemple», a-t-il fait savoir.

Le chercheur en virologie s’attend à l’émergence d’autres nouvelles souches de ce virus, qui nous surprend à chaque fois avec de nouvelles mutations, à l’instar des deux souches indienne et britannique. La seule solution en Algérie à l’heure actuelle est, selon l’intervenant, la vaccination massive de la population pour atteindre l’immunité collective jusqu’à 70%. Le médecin regrette le relâchement constaté chez les citoyens en raison du manque d’engagement néanmoins, a-t-il souligné, il faut faire preuve de prudence. «Les décisions des pouvoirs publics pour faire face à la pandémie sont prises progressivement pour faire face à temps à chaque situation et chaque étape», s’est-il félicité. Il a regretté le fait qu’il n’y ait pas d’étude scientifique de grande envergure sur la proportion d’immunité collective chez les Algériens.

Le Dr Melhak a tenu, une nouvelle fois, à rassurer tous les Algériens sur le fait que les vaccins utilisés en Algérie sont sûrs et efficaces, et il est nécessaire de vacciner tout le monde. «Nous ne devrions jamais outrepasser les mesures de précaution pour gagner. Aussi, nous ne devons suivre aucun pays dans les mesures d’atténuation, car l’Algérie a une situation particulière qui doit être prise en charge à travers la vaccination et la prévention pour atteindre l’immunité collective», a-t-il conclu.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email