L'ambassadeur Li Jian: La visite de Tebboune en Chine a créé « un nouveau dynamisme » – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Algérie-Chine

L’ambassadeur Li Jian: La visite de Tebboune en Chine a créé « un nouveau dynamisme »

L’ambassadeur Li Jian: La visite de Tebboune en Chine a créé « un nouveau dynamisme »

Le partenariat tout azimut sino-algérien devrait prendre des proportions plus consistantes à la mesure des longues et traditionnelles relations entre les deux pays, suite à la visite d’Etat effectuée par le président algérien Abdelmadjid Tebboune en Chine du 17 au 21 juillet 2023, à l’invitation de son homologue Xi Jinping.

C’est la conviction à laquelle est parvenu l’ambassadeur de Chine en Algérie , M. Li Jian, qui a été l’une des chevilles ouvrières dans la concrétisation de cette visite, la première d’un chef d’Etat algérien depuis 2008.

Lors d’une conférence de presse au siège de son ambassade, dimanche soir 30 juillet 2023, le diplomate chinois a d’abord fait part de son évaluation de la visite de M. Tebboune avant de s’adonner au jeu des questions-réponses.

« C’est une visite très réussie, qui donne de l’espoir et crée beaucoup de dynamisme », a affirmé l’ambassadeur. Cette entrée matière du diplomate sonnait comme un leitmotiv de ce qu’a été le déplacement du chef d’Etat algérien à Beijing la capitale puis à Shenzhen. Autrefois, un petit port de pêche, Shenzhen est devenue le fleuron de la technologue chinoise, et le point de chute du géant de la technologie Huaweï.

Le diplomate chinois qui a effectué le déplacement à Beijing comme le veut la tradition dans ce genre d’évènement, au plus haut niveau de l’Etat, a souligné que tout a été mis en œuvre sur le plan protocolaire par la partie chinoise pour démontrer d’abord l’importance accordée à cette visite et ensuite illustrer les honneurs réserves au président Tebboune que ce soit lors des visites sur le terrain ou au cours des entretiens avec les hauts responsables chinois.

Pour M. Li Jian, cette visite s’inscrit dans le prolongement de la profondeur des relations entre l’Algérie et la Chine établies il y a 65 ans. La Chine a été parmi les premiers pays à reconnaitre le gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) crée en septembre 1958 durant la lutte armée contre l’occupation française.

Dans ce sens, M. LI Jian a rappelé les propos de Xi Jinping qui a qualifié les relations entre Alger et Beijing qu’elles étaient empreintes de « sincérité » et que les deux pays étaient des amis sincères et des partenaires naturels dans le développement commun.

L’ambassadeur Li Jian

Ces relations traduisaient « la confiance mutuelle dans la coopération politique et stratégique » entre les deux pays, a souligné l’ambassadeur rappelant, par ricochet, les propos du président Tebboune qui qualifia la Chine de partenaire le plus important pour l’Algérie et les relations entre Alger et Beijing sont celles de « camarades intimes dans la même tranchée ».

Sur ce chapitre, le diplomate chinois a fait savoir que « la Chine soutiendra le développement économique en Algérie, en fournissant un soutien matériel, technologique et financier ».

Cette ambition passera par l’augmentation du volume des investissements sur la base de la nouvelle loi sur l’investissement en Algérie dans l’optique de « créer un environnement d’investissement favorable, incitatif, idoine et encourageant, mais aussi de consolider l’économie, le commerce et l’investissement, et d’ouvrir des horizons plus larges de coopération économique bilatérale ».

S’agissant de 19 accords et mémorandums d’entente lors de la visite de Tebboune, le diplomate a expliqué que « ces documents concernaient différents domaines, à l’instar de la pétrochimie, l’exploitation minière, l’agriculture ou encore de la recherche scientifique et spatiale et les énergies renouvelables ».

Une balance commercial à renforcer

Toutefois, le diplomate a fait état lors de la séance des questions-réponses, qu’actuellement les échanges commerciaux entre les deux pays sont en déclin par rapport aux années précédentes citant en exemple les restrictions sur les importations des produits manufacturés chinois qui sont désormais presque introuvables sur le marché algérien.

L’Algérie avait réduit le recours aux importations en vue d’encourager le produit local et préserver les réserves de changes . Les échanges commerciaux entre Alger et se limitent à 5 à 6 milliards de dollars par an depuis la pandémie de la Covid-19 alors qu’ils dépassaient les 10 milliards auparavant,  a souligné l’ambassadeur, ajoutant que la balance commerciale est défavorable pour l’Algérie. Il a assuré  que grâce à la visite de Tebboune les perspectives s’annoncent plus prometteuses pour les deux pays.

Pour ce qui est des investissements directs chinois en Algérie, le diplomate a reconnu qu’ils étaient en déca des ambitions souhaitées par les deux capitales. « Les entreprises chinoises attachent une grande importance au climat des affaires et les conditions d’investissement », rappelant que la Chine est plus présente en Algérie dans les projets de construction des infrastructures (routes, logements, édifices publics, ports, chemin de fer, technologie) ainsi que dans les grands projets dans le secteur des hydrocarbures, rappelant que la raffinerie de Baraki a été réhabilitée par une entreprise chinoise.

Sur ce chapitre, il a mis en en exergue le projet de digitalisation de la ville de Boughezoul (Médéa) qui deviendra un pôle intelligent. Ce projet sera confié au géant Huweï, a fait savoir le diplomate chinois.

Néanmoins, la chine s’est engagée dans un investissement direct à travers une entreprise de textile spécialisée dans la production des produits de literie destinés aux hôtels et aux ménages qui sera implantée probablement à Blida. Cette usine dont l’investissement est estimé à 300-400 millions de dollars devrait favoriser une intégration de la main d’œuvre algérienne et un échange de savoir-faire basé sur la technologie.

Interrogé sur les détails de l’annonce faite par le président Tebboune dans un entretien avec la Chaine CCTV selon lequel la Chine projette 36 milliards de dollars d’investissement en Algérie, le diplomate a affirmé, sans plus de précision, qu’il s’agit d’un montant qui constitue une indication de ce que sera le partenariat sino-algérien dans les toutes prochaines années.

Sollicité sur les questions internationales, le diplomate chinois a évoqué le soutien de la Chine à l’adhésion de l’Algérie d’adhérer aux BRICS et de la convergence de vues entre les deux pays s’agissant des règlements pacifiques à la question palestinienne, des conflits en Libye, Yémen, en Syrie ainsi que la guerre fratricide au Soudan. Il a enfin rappelle le soutien de la Chine aux efforts des Nations-Unies pour le règlement de la question du Sahara Occidental, qui constitue le plus vieux conflit dans le continent africain.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email