-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sellal : La vision d’Alger sur les dossiers régionaux rappelée à Riyad ?

Sellal : La vision d’Alger sur les dossiers régionaux rappelée à Riyad ?

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a été reçu hier à Riyadh par le roi d’Arabie Saoudite, Salmane Ibn Abdelaziz Al Saoud.

L’audience s’est déroulée en présence de la délégation ministérielle accompagnant Sellal dans sa visite, composée du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslem Bouchouareb, du ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, et de celui de l’Agriculture et du Développement rural, Abdesslam Chelghoum.

Le Premier ministre est arrivé lundi soir à Riyadh pour une visite officielle de deux jours en Arabie Saoudite dans le cadre des rencontres périodiques de dialogue et de concertation entre les responsables des deux pays.

Il aura des entretiens avec de hauts responsables saoudiens sur l’état des relations bilatérales ainsi que les voies et moyens de leur consolidation dans tous les domaines.

Si rien n’a filtré sur ces réunions, du moins sur l’aspect politique, les observateurs n’omettent pas de relever que la visite du Premier ministre algérien se fait au nom du président de la République qui a certainement « briefé » son Premier ministre avant son départ en Arabie.

« Alger et Riyad s’entendent bien, mais cela ne veut pas dire que notre pays s’aligne aveuglément sur la vision de Riyad, surtout sur les dossiers syrien et yéménite », souligne un enseignant à Sciences Po d’Alger.

Sellal, qui a reçu le ministre d’Etat saoudien aux Affaires étrangères, a expliqué à son interlocuteur que l’Algérie reste un pays « pourvoyeur de paix » et non de guerre, surtout dans l’espace arabe.

A rappeler, en effet, que l’Algérie a toujours émis des réserves, pour ne pas dire qu’elle était fondamentalement contre la feuille de route de l’OTAN dans la région du Moyen-Orient.

Signe d’amitié avec le gouvernement syrien, l’Algérie abrite toujours une ambassade syrienne. Pour ce qui est du Yémen, l’on se souvient que l’Algérie a émis un niet catégorique lorsqu’elle a été sollicitée pour faire partie de la « coalition arabe » devant agresser le pays le plus pauvre de la péninsule Arabique. 

Il est attendu par ailleurs que cette visite aboutisse à une vision arabe unifiée sur les questions énergétiques, et ce au moment où les cours du pétrole reprennent leur baisse.

Durant son séjour à Riyadh, le Premier ministre a prispart à un forum économique destiné à encourager les opérateurs des deux pays à développer l’investissement productif et à multiplier les initiatives de partenariat susceptibles de renforcer davantage les relations d’affaires existantes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email