-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sellal: Eviter l’endettement

Sellal: Eviter l’endettement

Pour contenir les répercussions de la chute des prix du pétrole sur l’économie nationale, le gouvernement compte adopter une démarche préventive qui lui évitera tout recours à l’endettement, selon le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

Dans une interview accordée à l’APS, le Premier ministre a expliqué que l’Algérie a opté pour une démarche préventive et prudentielle qui pérennisera la solidité de l’économie nationale, sans pour autant ralentir le rythme du développement socio-économique.

Cette démarche devrait éviter au pays de recourir à des ressources financières extérieures, en cas d’étalement dans le temps, de cette séquence baissière des prix des hydrocarbures. Il a rappelé que la baisse brutale des prix des hydrocarbures sur les marchés mondiaux, a induit une réaction rapide du gouvernement pour évaluer les impacts de ces fluctuations et élaborer des scénarios budgétaires.

« Suite à la réunion restreinte du 23 décembre 2014 présidée par le chef de l’Etat, des mesures précises de réajustement ont été prises et devront connaître une mise en œuvre diligente pour la réalisation du programme quinquennal d’investissements, la rationalisation de la dépense publique, la maîtrise du commerce extérieur et des flux de capitaux ainsi que la dynamisation et le développement des secteurs de l’industrie, de la pétrochimie, de l’agriculture, du tourisme et des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

En parallèle, il a rappelé les directives du président de la République, de maintenir l’effort de l’Etat en matière d’action sociale et de poursuite des programmes dans les domaines du logement, de la santé, de l’éducation, des services de l’eau et de l’énergie.

Le gel du recrutement dans la fonction publique ne concerne pas les secteurs clés

Interrogé sur les secteurs qui seront touchés par les mesures d’austérité, le Premier ministre a tenu à rassurer l’opinion publique en expliquant que la décision de différer les recrutements de la fonction publique dans certains domaines non prioritaires ne concernera nullement les secteurs socioéconomiques importants comme l’éducation, l’enseignement supérieur, la formation professionnelle et la santé.

« Au contraire, il est prévu un renforcement de l’encadrement dans ces domaines », a-t-il souligné en ajoutant que la dernière instruction adressée aux membres du gouvernement et aux walis traitait justement de cette question. Il a soutenu que l’emploi et la jeunesse sont des axes prioritaires de l’action des pouvoirs publics, et malgré la conjoncture économique actuelle, l’Etat entend maintenir les différents mécanismes et dispositifs d’aide à l’emploi et à la création d’activités par les jeunes promoteurs.

« Les dispositifs ANSEJ, CNAC et ANGEM sont maintenus, car ils donnent d’excellents résultats », a-t-il approuvé. A propos du plan quinquennal 2015-2019, qui commence dans un contexte difficile marqué par la baisse de l’or noir, M. Sellal a affirmé que la politique budgétaire et financière de l’Algérie depuis plus d’une décennie, a consolidé ses indicateurs macro-économiques, notamment en matière de dette et de réserves de change, et lui donne aujourd’hui, une marge de manœuvre économique « appréciable ».

Il a ajouté que son gouvernement compte accélérer la transformation et la diversification de l’économie en s’appuyant sur un outil de planification et sur un cadre de concertation et de dialogue avec les partenaires sociaux et économiques que sont le patronat et le syndicat. « Notre objectif est d’opérer la mue de notre économie vers la production et la création de richesse pour réaliser une croissance annuelle de 7 % et maintenir la baisse du taux de chômage passé de 29,8 % en l’an 2000, à 9,8% en 2014 », a-t-il souligné. Il a ajouté que l’entreprise nationale, publique et privée, est au cœur de cette démarche.

« Elle continuera à bénéficier du soutien de l’Etat par les mesures de facilitation de l’acte d’investissement, d’incitation fiscale, d’amélioration de l’offre foncière et de financement des projets où nous travaillerons à la promotion du marché national des capitaux et à l’encouragement des crédits à l’économie qui ont progressé significativement en 2014 notamment en faveur du secteur privé ». M. Sellal a assuré que les performances économiques du pays sont positives et peuvent être substantiellement améliorées. « Nous avons le potentiel pour réaliser une croissance plus forte et durable, mais il nous faut d’abord nous départir du pessimisme ambiant. Nous devons avoir de l’ambition et nous projeter dans le futur en valorisant nos atouts.

Notre pays a des capacités formidables : la vitalité de son économie, la jeunesse de sa population et la crédibilité et la constance de position de ses gouvernants, doivent conduire l’Algérie naturellement, à être un pays émergent et un acteur international sur lequel on doit compter », a-t-il déclaré.

Sécurisation des frontières

Concernant les scènes de conflits qui affectent certains pays voisins et leur répercussion sur la stabilité de l’Algérie, le Premier ministre a répondu que dans ce contexte tendu et bouleversé, l’Algérie poursuivra sa lutte implacable contre le terrorisme et ses efforts de sécurisation de ses frontières.

Par ailleurs, il s’est félicité du bon déroulement des élections présidentielles en Tunisie en considérant que c’est un signe positif pour le retour de la paix dans la région. « Notre pays soutient et soutiendra tous les processus politiques de dialogue inclusif et de réconciliation engagés par les pays amis et voisins, dans le respect de la légalité internationale, du principe de non ingérence et l’intégrité territoriale de ces pays », a-t-il conclu.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email