-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sellal écarte la thèse terroriste

Sellal écarte la thèse terroriste

Le crash jeudi dernier au nord du Mali de l’avion de Swift Air affrété par Air Algérie, avec à son bord 110 passagers dont six Algériens, ne serait pas dû à un attentat terroriste. C’est ce qu’a affirmé à Constantine le Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui penche pour l’hypothèse de mauvaises conditions météorologiques. En parallèle, l’identification des victimes, avant leur rapatriement, serait l’une des tâches les plus ardues étant donné que la plupart d’entre elles sont méconnaissables.

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, a réfuté, hier, l’hypothèse selon laquelle le crash de l’avion de la compagnie Swiftair affrété jeudi dernier par Air Algérie ait été ciblé par un attentat terroriste.

En marge de sa visite de travail et d’inspection effectuée hier à Constantine, le Premier ministre a réfuté, lors d’un point de presse organisé en marge de sa virée constantinoise, l’hypothèse que l’avion de la compagnie Swiftair affrété jeudi dernier par Air Algérie ait été ciblé par un attentat, comme relayé par certains canaux médiatiques.

Le chef du gouvernement a évoqué, sans toutefois s’avancer définitivement sur les raisons à l’origine du crash laissant à l’enquête déterminer les tentants et aboutissants, l’éventualité que les conditions météorologiques aient rendu difficile la navigation. D’autant, a-t-il dit, que cette région du Sahel est connue pour ses perturbations qui peuvent engendrer des chutes de grêle avec des vents très violents, sans omettre de préciser que «si quelque chose s’est produit à l’intérieur de l’avion, l’enquête le déterminera, d’autant plus que les boîtes noires ont été retrouvées».

Il a, par ailleurs, expliqué que les autorités algériennes ont mis sur place une commission d’enquête et travaillent en collaboration avec les parties malienne, burkinabé et française. Ces dernières, a-t-il encore précisé, ont pu récupérer les deux boîtes noires dont l’analyse pourrait apporter plus d’éclaircissement sur les raison du crash. L’avion avait subi des contrôles techniques approfondis en France un mois auparavant ; le Premier ministre a aussi indiqué que la compagnie Air Algérie a affrété cinq avions auprès de cinq compagnies internationales afin de faire face à la forte demande des usagers en cette période de vacances.

Concernant la situation dans la ville de Ghardaïa, le chef de l’exécutif a laissé entendre que toutes les mesures sécuritaires ont été prises afin d’éviter tout débordement. Pour cela, des dizaines de cameras de surveillance ont été placées dans la quasi-totalité des quartiers de la ville, en butte depuis plusieurs mois à des violences intercommunautaires.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email