-- -- -- / -- -- --
Nationale

Sécurité des frontières : L’Algérie se heurte toujours à des menaces

Sécurité des frontières : L’Algérie se heurte toujours à des menaces

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a affirmé ce week-end à Alger, que plusieurs difficultés et menaces entravaient la circulation des personnes et des marchandises entre l’Algérie et certains pays voisins, soulignant que « la sécurité nationale passe avant tout ».

Le ministre, qui s’adressait aux opérateurs économiques dans le cadre du 3e et dernier jour des travaux de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprises (FCE), a indiqué que l’ouverture des frontières avec certains pays voisins, fermées pour des raisons sécuritaires, « se heurte à des menaces et à des difficultés qui imposent à l’Etat de faire passer la sécurité nationale avant tout » dans le traitement de ce dossier.

M. Messahel faisait allusion au Maroc dont la frontière commune avec l’Algérie est fermée depuis août 1994. L’Algérie était contrainte de fermer ses « portes » à la suite d’un attentat terroriste à Marrakech.

Cet attentat, que les spécialistes avaient attribué à « certaines officines du royaume pour fragiliser l’Algérie », a été suivi par l’expulsion en masse de milliers de résidents algériens dans ce pays voisin. Selon Messahel, la sécurité nationale consiste globalement à « protéger les personnes des menaces existentielles et omniprésentes à leur sécurité personnelle, leur bien-être physique, et les valeurs fondamentales ».

« C’est cela la stratégie algérienne de sécurité aux frontières dont l’instabilité accrue fait de l’Etat algérien l’un des plus engagés dans la sécurité régionale ».

« L’ouverture des frontières est liée à la sécurité et à l’immigration clandestine », a précisé le ministre des Affaires étrangères. « De nombreux défis sont à relever dans ce domaine et plusieurs menaces et difficultés imposent de faire passer la sécurité du pays avant tout », a-t-il souligné. Et d’ajouter que la situation au niveau des frontières « n’est pas aussi simple que le pensent certains ».

M. Messahel a en outre précisé que « la Mauritanie est le seul pays voisin qui n’a pas de poste frontière avec l’Algérie ». Et d’annoncer « l’ouverture d’un poste frontalier pour la première fois à Tindouf, et ce, dans le but d’accéder aux marchés mauritanien, sénégalais et de l’Afrique de l’Ouest ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email