-- -- -- / -- -- --
Op-Ed

Sauver la Tunisie

Cinq ans après sa révolution du Jasmin, quelques mois après le prix Nobel de la Paix décerné à ses promoteurs du dialogue national, la Tunisie renoue avec la protesta avec tous les dérapages que cela suppose. 

En cause du côté de Kasserine, foyer urbain où ont commencé les manifestations qui ont fait tomber le régime de Ben Ali, le malaise social que les nouveaux gouvernants issus d’un processus de démocratisation n’ont pas su atténuer. Là ce jeune chômeur qui a voulu s’immoler et puis s’est électrocuté dans une scène de désespoir qui a encore une fois embrasé le pays de Bourguiba.

Que fera le gouvernement sous Badji Caid Essebsi face à cette crise qui risque de l’emporter dans une Tunisie irritable depuis que la rue a pu chasser un « dictateur éclairé » dont la police politique a fini par martyriser avec une égale cruauté les islamistes et le reste de la population non affiliée au cercle restreint de la Première dame déchue, la sinistre Leila Trabelsi, épouse Ben Ali ? Parce qu’en réalité il est à craindre, dans l’histoire du dernier détonateur, que l’injustice et la cooptation ont la vie dure chez nos voisins de l’Est.

Un candidat à un concours se serait vu voler sa réussite par un pistonné et aurait donc perdu la vie en se révoltant. Répétition tragique de l’histoire chez les lauréats du Nobel. Nouvelle démystification des Printemps arabes qui ont amené Desch et désolation socioéconomiques au lieu du meilleur monde promis.

Aujourd’hui, alors que l’Algérie doit surmonter l’épreuve d’une transition économique pour sortir enfin de sa dépendance de la rente pétrolière au moment où les prix du baril s’effondrent, on peut se demander qui va soutenir le peuple tunisien en ces temps de disette annoncée.

Surtout qu’à la problématique du chômage massif et du développement se greffe celle du terrorisme qui menace au quotidien la stabilité en compromettant durablement le secteur du tourisme, principale source de revenus en devises et créateur d’emplois.

Il faudrait que les instances internationales se décident sincèrement à sauver la Tunisie en accordant un appui financier à la hauteur des enjeux sociaux et sécuritaires. Sans quoi, le modèle tunisien disparaîtra en brûlant l’espoir de voir un jour un pays arabe conjurer définitivement le sort du chaos.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email