-- -- -- / -- -- --
Nationale

Santé scolaire : De nouvelles directives pour la rentrée

Santé scolaire : De nouvelles directives pour la rentrée

Assurer un enseignement de qualité est la mission principale de l’école, mais cela ne peut avoir d’effet si l’élève ne jouit pas de tous ses droits élémentaires, dont l’accès à la santé est l’un des plus importants. Le renforcement de la couverture médicale au sein des établissements scolaires est en effet plus qu’un droit, c’est un acquis pour tout enfant en âge d’aller à l’école.

Ce volet très important sera sérieusement pris en charge à partir de l’année scolaire 2019-2020, à en croire l’instruction intersectorielle qui a été élaborée et sera approuvée, dans les prochains jours, par le ministères de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et le ministère de l’Education nationale. Cette instruction vise à assurer une couverture sanitaire scolaire sur l’ensemble du territoire national et à réunir les conditions favorables à la scolarisation des élèves. Assurer une bonne prise en charge des problèmes de santé des élèves au sein des établissements scolaires permettra à ces derniers d’évoluer dans un environnement pédagogique sain et rassurant.

C’est dans cet objectif que le ministère de la Santé a émis, en coordination avec le ministère de l’Education nationale, de nouvelles directives pour le renforcement du programme de la santé scolaire. Elaborées en concertation avec des associations de parents d’élèves, ces directives, qui visent le renforcement du programme de la santé scolaire et le développement d’une approche intersectorielle dans ce sens, portent notamment sur le renforcement des équipes de santé scolaire au niveau des unités de dépistage scolaire (UDS) dans les wilayas qui en sont dépourvues outre la création d’UDS dans les nouveaux établissements, a indiqué le sous-directeur chargé de la santé scolaire. Le ministère a donné des instructions fermes pour le don, à titre gracieux, de médicaments pour le traitement de la pédiculose et de la gale dans tous les établissements ainsi que du collyre pour le traitement du trachome dans 12 wilayas du Sud, en sus de l’orientation des élèves dépistés présentant des maladies qui nécessitent une prise en charge par un médecin spécialiste. Concernant la vaccination et le contrôle d’hygiène en milieu scolaire, le ministère a appelé « au renforcement du programme de vaccination de routine pour les classes cibles, notamment les 1res années primaire, moyenne et secondaire, tout en mettant l’accent sur la nécessité du renforcement du rôle des bureaux communaux d’hygiène (BCH), notamment dans la supervision et le contrôle des établissements scolaires et des cantines ».

Compagnes de sensibilisation au profit des élèves

Pour inculquer aux élèves une bonne éducation sanitaire, le ministère de la Santé a souligné la nécessité d’organiser des campagnes d’information et de sensibilisation sur plusieurs thèmes, dont la prévention des caries dentaires, des maladies transmissibles, de la violence en milieu scolaire, de la toxicomanie, du tabagisme et des accidents domestiques ainsi que la promotion d’une alimentation saine et équilibrée et d’une activité physique. Les directeurs des établissements scolaires et les associations des parents d’élèves sont invités, selon le même document, à créer et à redynamiser « les clubs de santé et les comités de lutte anti-

tabac » en vue de sensibiliser les élèves sur les dangers de ce fléau et de promouvoir l’éducation des élèves par leurs pairs. En matière de prévention des maladies et de lutte contre les facteurs de risque, l’instruction évoque les maladies transmissibles et les addictions comportementales (écrans, jeux vidéo…), outre la prévention des différents traumatismes et accidents la lutte contre la violence ainsi que l’intégration de séances d’éducation sanitaire pour la prévention du trachome et de l’envenimation scorpionique dans les wilayas du Sud.

En outre, les directeurs des établissements de santé de proximité (EPSP), en concertation avec les inspecteurs de l’éducation de la circonscription et les présidents des Assemblées populaires communales (APC), sont chargées de veiller à ce que les activités de dépistage et de suivi soient réalisées. Il convient de rappeler que plus de 8,5 millions d’élèves, tous cycles confondus, ont bénéficié d’examens médicaux au niveau des UDS implantées à travers le territoire national durant l’année scolaire 2018-2019, soit plus de 90% pour tous les cycles, y compris des classes préscolaires, selon un bilan du ministère de la Santé. S’agissant des affections qui dominent en milieu scolaire, le même bilan a cité la baisse de l’acuité visuelle avec un taux de plus de 5%, suivie des difficultés scolaires (2,5%), de l’énurésie (1,17%), de l’ectopie testiculaire (1,01%) et de la pédiculose (1,35%). Concernant le contrôle d’hygiène et de salubrité dans les établissements scolaires et les cantines, près de 25 000 établissements ont bénéficié de cette opération, soit un taux de 94%, et environ 17 000 cantines sur 17 547 cantines recensées au niveau national.

Il y a lieu de signaler que seulement 38,43% des anomalies constatées par les personnels de santé ont été corrigées. 1 923 unités de dépistage et de suivi (UDS) existent à travers le territoire national, dont 1 349 UDS implantées dans les établissements scolaires, 447 UDS implantées dans des structures de santé et 127 autres UDS implantées dans les locaux dégagés par les collectivités locales. Le personnel exerçant dans ces unités s’élève à 2 233 médecins, 1 975 dentistes, 1 797 psychologues et 2 576 éléments du personnel paramédical.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email