-- -- -- / -- -- --
Culture

Samir Toudji : «L’autodérision offre la possibilité de se remettre en question»

Samir Toudji : «L’autodérision offre la possibilité de se remettre en question»

Togui, de son vrai nom Samir Toudji, est un auteur de bande dessinée. En 2008, il s’est fait connaître grâce à son personnage Togui. Une année durant laquelle il obtenu le prix du « Jeune Talent ». C’était, en effet, lors du Festival International de la bande dessinée d’Alger (FIBDA). Très souriant, il évoque dans cet entretien ses débuts avec le 9e Art. Il nous parle aussi de ses projets et surtout du statut de la bande dessinée en Algérie.

Le Jeune Indépendant : Vous avez arrêté vos études en 2005 pour vous consacrer à la bande dessinée : qu’est ce qui motivé ce choix osé ?

Togui : Mon choix a été motivé par le fait de pouvoir dessiner en travaillant. Je pense que c’est toujours rassurant de gagner sa vie en faisant un métier qui nous passionne. En fait, j’ai décidé de ne plus poursuivre mes études en biologie car je n’y ai pas trouvé mon compte. Du coup, je me suis orienté vers l’infographie et cela m’a permis de vivre ma passion. J’ai dessiné des mascottes, qui représentent beaucoup de similitudes avec les personnages de BD.

En 2010, vous avez publié votre premier album Togui Diaries chez Dalimen éditions. Est-ce que ce dernier était l’élément déclencheur qui vous a permis d’entamer votre carrière ?

J’ai achevé la première histoire de Togui Diaries, dans laquelle je parle de mon quotidien et des personnes qui comptent pour moi. C’est un travail qui m’a offert la possibilité de commencer ma carrière en bonne et due forme. J’ai eu la chance d’avoir des parents compréhensifs. Certes, ils auraient pu refuser, mais ils ont compris que c’était ma passion. C’est à partir de là que j’ai commencé à participer à des collectifs, à publier également sur mon blog.

L’autodérision caractérise vos BD. Comment justifiez-vous ce choix ?

C’est très subtil, surtout quand on veut aborder des sujets sensibles. Vous savez, c’est toujours inconvenable de faire des reproches aux gens, cela peut s’avérer gênant. En revanche, c’est plus simple de s’attaquer à ma propre personne. L’autodérision offre la possibilité de se remettre en question. En quelque sorte, je me regarde de l’extérieur.

Pourriez-vous nous parler succinctement de Freelestine ?

Pour être concis, Freelestine ce sont huit bédéistes, huit histoires, et un seul héros : la Palestine.

Quel regard portez-vous sur la BD en Algérie ?

Je trouve qu’il y a des insuffisances. Nos jeunes bédéistes doivent être motivés d’avantage. La production était vraiment en crise avant 2008. Le FIBDA montre aujourd’hui qu’il est capable de révéler des talents. Maintenant, c’est aux éditeurs de consentir à des efforts en vue de donner une chance aux jeunes talents, qui sont d’ailleurs très doués. 

Peut-on parler d’un lectorat considérable et réceptif en Algérie ?
Le lectorat est omniprésent. Les gens qui s’intéressent à la bande dessinée sont nombreux. On les voit aujourd’hui affluer en grand nombre.

Surtout quand il s’agit d’événement comme le FIBDA. A mon avis, le problème qui se pose aujourd’hui, ce sont les prix des ouvrages. Avoir des prix abordables est important. Après tout, un client qui a un revenu moyen ne peut pas se permettre de lire des histoires en bandes dessinées qui reviennent à 2000 ou 3000 DA.
On voit aujourd’hui de jeunes talents, des auteurs de BD qui sont pétris de qualités.

Est-ce que ces artistes arrivent à trouver leurs repères en Algérie, à s’affirmer ?

Il y a beaucoup de jeunes bédéistes qui font leur travail mais comme je l’ai déjà dit ils attendent qu’ils soient sollicités. Ils savent ce qu’ils veulent faire, mais ils ont conscience que ça ne va pas être facile. Il faut se battre et donner le meilleur de soi pour espérer trouver un joli statut dans ce monde merveilleux, qui est celui de la bande dessinée.

Des projets, de nouvelles perspectives ?

Un deuxième Togui Diaries est en cours de préparation. J’ai aussi d’autres projets en tête mais je préfère patienter avant de les révéler au grand jour.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email