-- -- -- / -- -- --
Nationale

Samir Benlarbi relaxé par le tribunal de Bir Mourad Rais

Samir Benlarbi relaxé par le tribunal de Bir Mourad Rais

Le militant Samir Benlarbi a été relaxé, ce lundi, par le tribunal de Bir Mourad Raïs ; il a quitté la prison d’El-Harrach en début d’après-midi. Le juge n’a pas suivi les réquisitions du procureur du tribunal de Bir Mourad Raïs. Ce dernier avait requis, lundi 27 janvier, trois ans de prison ferme et 50 000 DA d’amende contre le militant politique.
Samir Benlarbi, arrêté le 16 septembre dernier, était accusé d’« atteinte à l’intégrité territoriale » et de « diffusion ou détention de publication portant atteinte à l’intérêt national ».« Les poursuites engagées à son encontre étaient des poursuites de nature politique et n’étaient pas fondées, aussi bien sur le plan des faits que du droit », a réagi Maître Noureddine Benissad, membre du collectif des avocats pour la défense de Samir Benlarbi dans un communiqué.« Samir Benlarbi n’a fait qu’exercer ses droits fondamentaux, ceux de manifester et d’exprimer une opinion de manière pacifique. Aucune personne ne devrait être inquiétée, arrêtée, poursuivie ou condamnée pour avoir exercé ses libertés collectives », a-t-il ajouté. « Que ce jugement soit un acte fondateur pour que notre justice protège plus les libertés que de lui faire jouer un rôle qui n’est pas le sien, le règlement des conflits politiques », a conclu Me Benissad.
La première déclaration de Samir Benlarbi a été un appel à la libération de tous les autres détenus. « Notre joie ne sera complète qu’après la libération des autres détenus, Karim Tabbou, Boumala, Fersaoui, Nour el Houda à Tlemcen, Brahim Laâlami à Bordj. Nous ne souhaitons pas seulement leur libération ; il faut qu’ils soient libérés et innocentés », a déclaré le désormais ex-détenu du hirak.« Dieu merci, aujourd’hui, le juge a été à la hauteur du hirak et de la justice en prononçant notre relaxe, parce que nous avons été arrêtés sur des injonctions. Je remercie le peuple algérien, les avocats et les journalistes qui ont été à nos côtés. Notre combat continue », a ajouté Benlarbi.
Par ailleurs, le CNLD indique que le procès des journalistes Abdelkrim Zeghileche et Lynda Nacer est programmé pour demain 5 février au tribunal de Constantine, après trois renvois. Ils sont tous deux accusés d’incitation à attroupement non armé. La même source indique que le procès des manifestants accusés d’entrave au bon déroulement de l’élection présidentielle est renvoyé au lundi 17 février. Il s’agit de Benine Zahra, Guemari Drama, Amari Yacine, Bourenane Youcef, Guemari Nesrine, Djaballah Lazehar, Bourenane Mohamed Tahar. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email