-- -- -- / -- -- --
Culture

Salon international du livre : Le centenaire de Mammeri au cœur

Salon international du livre : Le centenaire de Mammeri au cœur

Ouvert aujourd’hui, jeudi 26 octobre, au Palais des expositions aux Pins Maritimes, le Salon international du livre d’Alger sera animé par la célébration du centenaire de l’écrivain et chercheur Mouloud Mammeri, lors d’un colloque international L’Amusnaw le sourcier des convergences civilisationnelles universelles du vendredi 03 au dimanche 05 novembre.

Le Haut commissariat à l’amazighité expose et propose des rencontres avec des auteurs au Salon international du livre d’Alger, mais organise aussi un colloque international consacré au parcours de Mouloud Mammeri et à son œuvre.

Cette rencontre scientifique à laquelle participent des universitaires (littérature, langues et sciences sociales) d’Afrique, de France, des USA et d’Algérie, sera axée sur l’apport de Mouloud Mammeri à la recherche en anthropologie, mais aussi à sa production littéraire et à son œuvre linguistique amazighe.

Les thèmes relèvent notamment du Parcours à travers une histoire et une identité confisquées, d’un Combat pour la visibilité, la sauvegarde et l’universalité de la culture amazighe, des Approches complémentaires sur la riche personnalité de Mammeri.

Dans sa communication Awal et asefru : mémoire, savoir et pouvoir à travers « Cheikh Mohand a dit » et Poèmes kabyles anciens, Malha Benbrahim, une des anciennes collaboratrices de Mammeri, rappellera lors de ce colloque que Mammeri a tout juste une vingtaine d’années lorsqu’il commence à exposer ses observations critiques sur la société berbère.

Des observations, voire analyses qui, selon la conférencière, étaient annonciatrices d’une œuvre qui allait, sur les traces d’Ibn Khaldoun, fonder une véritable école d’anthropologie mammérienne.

Poèmes kabyles anciens et Cheikh Mohand a dit témoignent, à ses yeux, d’un long, minutieux, endurant et profond travail de recherche pour raviver, pérenniser la parole des Imazighen et le poème.

Elle affirme que la transcription et la publication de la poésie ancienne et la parole du Cheikh par Mammeri, a montré que l’oralité renvoie à l’idée « qu’il y a une voix, un sujet, un mouvement, une vie qui s’expriment dans un texte ».

Pour cette chercheure en histoire et en anthropologie, Mammeri a explicité le rôle spécifique de la parole et du poème dont la maîtrise et l’exercice confèrent à celui qui les « pratique » un pouvoir dans la société, celui de parler quand d’autres doivent écouter.

Dans le contexte du présent Salon du livre, le rapport de cet auteur au livre : roman, théâtre, essai, dictionnaire etc., sera bien mis en valeur.

Sa pensée universelle également. Pour le Secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad, rendre hommage par un colloque à cette personnalité, « est non seulement un devoir de mémoire et un acte de reconnaissance, mais aussi un moyen indéniable de continuer à œuvrer pour impulser et multiplier les recherches dans les domaines de la langue et de la littérature amazighes ».

Tout au long du Salon international du livre d’Alger, le stand dédié à Mouloud Mammeri comprendra un ensemble de l’offre éditoriale, culturelle et numérique du HCA – année 2017. Cette institution représente ainsi le premier éditeur national en langue amazighe et se positionne comme le premier acteur culturel amazigh de l’Etat.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email