-- -- -- / -- -- --
Culture

Salon international du livre : De l’importance des statistiques

Salon international du livre : De l’importance des statistiques

Au lendemain de la clôture du 22e Salon international du livre d’Alger, le lundi 06 novembre, son commissaire, Hamidou Messaoudi, a relevé que les statistiques sur les ventes réalisées par les éditeurs algériens durant cette manifestation échappent à l’organisateur.

Lors d’une conférence de presse, animée ce lundi à Alger, le commissaire du Salon international du livre d’Alger, Hamidou Messaoudi, a estimé que cette manifestation équivaut à une grande librairie annuelle, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Au sujet des ventes du livre durant ce Salon 2017, il a affirmé qu’il est « impossible » pour l’organisateur du salon de fournir les données chiffrées sur les ventes des exposants algériens pendant cette édition du salon et que seules les chiffres concernant les participants étrangers pourraient être « communiqués, prochainement, (à l’organisateur) par les services des douanes ».

Plusieurs éditeurs participant au Salon international du livre d’Alger (SILA) ont relevé « l’importance des statistiques » pour déterminer le niveau du lectorat algérien, ses goûts et ses tendances, alors que d’autres affirment avoir « proposé » de fournir les « données » sur leurs propres ventes. Cette problématique sera posée tout au long de ce salon. Autant par des éditeurs que par des auteurs.

Pour le Coordinateur de l’organisation et de logistique au commissariat du SILA, Mohamed Ikreb, « le commissariat du Salon n’a pas la prérogative d’obliger les participants à lui remettre des comptes rendus de leurs ventes », même si le Sila présente depuis toujours des statistiques « globales » fiables.

Aussi, le commissaire est également revenu durant sa conférence sur le traditionnel chiffre inhérent au nombre de visiteurs du salon du livre que son commissariat fournit après chaque édition, le situant cette année à « près de 1,7millions ». Pour Hamidou Messaoudi, cette affluence qui a connu un pic de « 500, 000 visiteurs le 1er novembre », s’explique par le rôle du Sila qui comblerait, selon lui, le « manque flagrant » de librairies en Algérie.

Le commissaire a également relevé les conditions de travail « difficiles » au Palais des expositions des Pins-Maritimes, une structure qu’il juge « dépassée » et qui a besoin d’être réhabilitée. Au sujet de la prochaine édition du SILA prévue du 24 octobre au 4 novembre 2018, le commissaire a annoncé que la Chine est l’invitée d’honneur. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email