Salon du livre des Ouacifs : Pérenniser la littérature amazighe – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Salon du livre des Ouacifs : Pérenniser la littérature amazighe

Salon du livre des Ouacifs : Pérenniser la littérature amazighe

Le salon du livre amazigh des Ouacifs, dans sa 3ème édition, prévu initialement du 22 au 25 juin dernier, s’est ouvert, mercredi, à la maison de jeunes de la localité concernée (Ouacifs).

120 auteurs et 24 maisons d’édition prennent part à ce rendez-vous littéraire et culturel de trois jours, selon ses organisateurs.
Ce salon a pour objectif de « pérenniser la dynamique de la littérature et de l’écriture amazigh, mais aussi d’offrir un espace à tous ces auteurs, de plus en plus nombreux à écrire en tamazight, de faire valoir leurs ouvrages et d’entrer directement en contact avec leurs lecteurs et le large public, avec cette vente-dédicace qui est au programme .

Il y a lieu de rappeler que ce salon des Ouacifs est organisé par l’association culturelle « El Hadj El Mokhtar Nat Said » sous l’égide de la direction de la culture et des arts de la wilaya.

Cette manifestation livresque est aussi une occasion de rendre hommage à feus M’hanna Boudinar et Soltane Sabri. Le premier cité était inspecteur de langue amazighe dans la wilaya de Tizi-Ouzou et Président d’APC de Yatafen. Le second était collaborateur du HCA et ancien militant et défenseur de Tamazight dans les Aurès.

Cette 3ème édition qui s’est ouverte en présence du wali, Djilali Doumi, et le Président de l’APW, Mohamed Klalèche, a été l’occasion pour ces responsables de rappeler l’engagement des pouvoirs publics à œuvrer pour le soutien de la culture et la littérature amazighes.

Djillali Doumi a indiqué que « ce salon est le reflet de ce dynamisme qui anime la population de cette région des Ouacifs, qui, après avoir organisé et réussi un tournoi national de Handball, donne une nouvelle fois cette dimension nationale à sa région avec ce salon du livre Amazigh qui prend de l’altitude et de l’amplitude au grand bonheur des amoureux de cette littérature Amazigh ».

Le wali a souligné que « tous ces auteurs, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, qui sont une preuve indéniable que Tamazight est une langue vivante et la diversité et la richesse culturelle et patrimoniale de l’Algérie ».

De son côté, le président de l’APW, dont l’institution parraine ce salon aux côtés du HCA, la DJS, la Direction de l’éducation nationale et des APC de la daïra des Ouacifs, a fait part de « la volonté et la disponibilité de l’institution élue qu’il préside, à accompagner toutes les manifestations culturelles et éducatives dans la wilaya et plus particulièrement.

Outre le nombreux public attiré par la manifestation, le programme compte des conférences, suivies de débats, des pièces théâtrales, dont celle qui a connu un grand succès, en l’occurrence « Sin enni », et d’autres représentations rentrant dans le cadre l’animation culturelle.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email