-- -- -- / -- -- --
Nationale

Saisie de kif traité : Ils font porter le chapeau de bande

Saisie de kif traité : Ils font porter le chapeau de bande

Le juge d’instruction du tribunal d’Hussein Dey chargé de l’enquête judiciaire a procédé, avant-hier, à la confrontation entre les trois accusés poursuivis dans le cadre des 17 kilos de kif traité saisi auprès d’un sportif non connu des services de sécurité.

Au cours de la confrontation, deux des inculpés ont pointé un doigt accusateur sur le chef de la bande T. M, repris de justice, demeurant à Oued Knis au Ruisseau, qui venait juste de quitter sa cellule de la prison d’El Harrach.

T. M., qui gérait le parking qui fait face au siège de la cour d’Alger, a reconnu tout au long de la confrontation être à l’origine de l’importation de la marchandise depuis Maghnia, et a tenu à préciser au juge qu’il a à maintes reprises sollicité S.Y pour qu’il cache la marchandise, étant donné qu’il n’était pas connu comme commercialisant des stupéfiants, précisant qu’il devait lui remettre, en contrepartie, 50 millions de centimes.

Pour rappel, suite à des renseignements fournis aux éléments de la police judiciaire d’El Semmar (ex-Gué de Constantine) qui dépendent de la sûreté de daïra de Bir Mourad Raïs, ceux-ci ont procédé l’été dernier à l’arrestation du nommé S. Yacine, la quarantaine, marié et père de trois enfants, demeurant à Kheraissia, pour trafic de drogue. Les investigateurs ont découvert, suite à la perquisition du domicile du mis en cause, 17 kilos de kif traité sur le balcon, dissimulés soigneusement dans le climatiseur.

Le prévenu était incarcéré plus de deux mois à l’établissement pénitentiaire d’El Harrach, condamné à quatre mois de prison pour une affaire d’accident corporel. Au cours de l’enquête préliminaire, il a reconnu tous les faits, notamment en ce qui concerne la détention et la commercialisation, mais il a par contre nié faire partie d’une organisation spécialisée dans le trafic de drogue.

Les inculpés seront par ailleurs auditionnés dans les jours à venir par le juge d’instruction qui décidera de la nature des faits, d’ordre correctionnel ou criminel.  Il convient de signaler que le dossier judiciaire des prévenus sera en outre examiné par les juges de la chambre d’accusation de la cour d’Alger.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email