-- -- -- / -- -- --
Nationale

Saisie de 1 000 tonnes de drogue en provenance du Maroc

Saisie de 1 000 tonnes de drogue en provenance du Maroc

Depuis 2006 les services de sécurité, tous corps confondus, ont saisi plus de 1 000 tonnes de drogue. L’année 2013 a été la plus marquante en matière de lutte contre ce trafic, où 210 tonnes de kif traité, venant du Maroc, avaient été saisies.

Le Maroc, premier dans le monde en production de drogue, a fini par « cannabiser » l’Algérie avec son poison ; cela alors que de grosses quantités de cannabis atterrissent chez les groupes armés au Sahel.

En 2012 plus de 165 tonnes ont été saisies, 210 tonnes interceptés en 2013, 160 tonnes récupérées en 2014, tandis qu’en 2015, le bilan des saisies a atteint 150 tonnes de cannabis (statistiques de la gendarmerie et de la police). S’agit-il d’une offensive de Rabat sur Alger ?

Il est clair que les Marocains sont en train de mener une sale campagne au cannabis sur l’Algérie. Le Maroc, qui se dit coopérateur avec l’Algérie en matière de lutte contre le trafic de cannabis, est en réalité un pays déstabilisateur qui vise à créer des zones de tensions en Algérie. La machination des réseaux marocains de trafic de drogue contre l’Algérie continue son chemin inquiétant.

Le record enregistré durant l’année 2012, où les services de sécurité avaient saisi plus de 165 tonnes de kif traité aux frontières algériennes, s’est répété en 2013, voire a été battu par les trafiquants marocains, plus de 210 tonnes de résine de cannabis ayant été interceptées par les forces algériennes. L’année 2015 a été révélatrice d’une situation alarmante à nos frontières Ouest et Sud-ouest. Certaines régions, à l’image de Tlemcen et Adrar, ont enregistré une flambée sans précédent des saisies en drogue.

En une seule opération, en juin 2015, les GGF (Gardes-frontières) relevant de la Gendarmerie nationale, ont récupéré plus de 12 tonnes de cannabis à Tlemcen et Adrar. En effet, les gendarmes de l’Escadron de Sécurité Routière (ESR) de Tlemcen ont réussi, à un point de contrôle sur l’autoroute Est-Ouest, à hauteur de la déviation menant à la ville de Maghnia, à intercepter un camion venant de Maghnia vers Tlemcen. La fouille effectuée a permis la découverte de 81 quintaux de kif traité dissimulés dans des briques.

Le conducteur et le moyen de transport, ainsi que les stupéfiants saisis ont été remis aux gendarmes de la section de recherches. Un autre coup de filet a été réalisé par les gendarmes d’Adrar qui, en juin 2015, ont réussi à mettre la main sur une importante quantité de kif traité estimée à 4 tonnes.

Des saisies record dans un contexte délicat dominé par l’émergence des activités terroristes qui utilisent la drogue pour se pourvoir en armement. Il est clair que les réseaux marocains de trafic de drogue agissent, désormais, avec une stratégie plus adaptée suivant le contexte régional.

Par exemple, depuis le début de ce qu’on appelle le « Printemps arabe « , les réseaux marocains ont triplé leurs activités en inondant l’Algérie avec des tonnes de drogue. En termes plus simples, la rébellion au nord du Mali (mars 2012) et avant cela les soulèvements populaires en Tunisie et en Libye en 2011 et 2012, ont été des opportunités en or pour les réseaux de drogue qui ont réussi à avoir plus d’argent qu’auparavant. Toutefois, le pays ayant le plus souffert de cet acharnement des réseaux marocains n’est autre que l’Algérie.

Non seulement elle a été appelée à faire face aux différents réseaux de contrebande, aux groupes terroristes qui tentaient de s’infiltrer aux frontières afin d’actionner des attentats et enlèvements, mais le pays a été contraint, aussi, à faire face aux réseaux marocains qui ciblaient nos frontières avec leurs tonnes de haschich. La facture payée par l’Algérie a été lourde, d’autant que 4 GGF (Gardes-frontières) avaient trouvé la mort en juillet 2012, lors d’une embuscade tendue par des narcotrafiquants et terroristes sur les frontières Ouest, à Bab El Assaâ. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email