Sahara occidental : Le prix WBW décerné à la militante Sultana Khaya – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Sahara occidental : Le prix WBW décerné à la militante Sultana Khaya

Sahara occidental : Le prix WBW décerné à la militante Sultana Khaya

L’organisation mondiale anti-guerre World beyond war (WBW) a décerné, lundi, son prix annuel à la militante sahraouie des droits de l’Homme, Sultana Sid Brahim Khaya, un des symboles de la résistance du peuple sahraoui dans les territoires occupés du Sahara occidental.

C’est ce qu’a indiqué le site de l’Organisation. Décroché en 2022 par le cinéaste néo-zélandais William Watson, Sultana Khaya a reçu le prix de l’abolition de la guerre « Individual War Abolisher » pour l’année 2023, lequel lui a été remis par le palestinien Mohammed Abu Nahel. A l’occasion, Sultana Khaya s’est dite profondément reconnaissante à l’organisation WBW et à la société civile qui « soutient le peuple sahraoui dans sa juste cause et épouse les valeurs de la paix et de la justice pour l’humanité tout entière ».

« Je reçois cette distinction au nom du peuple sahraoui résistant, notamment les femmes sahraouies persécutées par le colonisateur marocain, exerçant toute forme d’intimidation et de torture à l’encontre des Sahraouis sans défense dans les territoires occupés », a-t-elle soutenu. Fondée en 2014 à Charlottesville en Virginie (Etats Unis), l’organisation WBW qui cordonne avec des filiales dans plus de 20 pays est « un mouvement mondial non-violent qui œuvre pour mettre fin aux guerres et établir une paix équitable et durable », et ce à travers l’organisation régionale concertée, la fermeture des bases militaires et le retrait des investissements dans des entreprises bénéficiant de la guerre et de la vente d’armes.

Par ailleurs, le reporter espagnol Nicolas Castellano, qui travaille sur les violations du droit international et sur les victimes, a indiqué que « le Maroc empêche les journalistes espagnols d’accéder au territoire du Sahara occidental sans aucun argument juridique. Nous sommes nombreux à essayer d’accéder au territoire mais nous sommes expulsés en toute impunité car ni les Nations unies ni même l’Etat espagnol ne protestent ou ne demandent d’explications ».

Il a mis en lumière le fait que, « lorsque des journalistes veulent rendre compte de la situation des citoyens sahraouis, le Maroc exerce sa poigne de fer et empêche le libre exercice de l’information ». A cette réalité s’ajoutent « d’autres intérêts commerciaux et politiques qui font du Sahara occidental un sujet inconfortable pour les parties qui ont la possibilité d’exercer le pouvoir ».

Le journaliste espagnol a également dénoncé les mensonges du Makhzen quant à la situation des Sahraouis dans les territoires occupés, relevant que « ce ne sont pas seulement les journalistes qui sont empêchés d’entrer au Sahara occidental, mais aussi les juristes et les missions de paix, ainsi que les missions d’observation des droits de l’Homme, qui sont empêchés de faire leur travail ».

 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email