Plan d'autonomie du Sahara occidental : Le niet du Polisario – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Plan d’autonomie du Sahara occidental : Le niet du Polisario

Plan d’autonomie du Sahara occidental : Le niet du Polisario

Le Polisario ne participerait à aucun processus en dehors du cadre référentiel fixé dans le plan de règlement conjoint ONU-OUA. C’est le président de la République arabe sahraouie démocratique, Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, qui a réaffirmé hier cette position traditionnelle, coupant court aux récentes supputations.

Cette position claire et forte du front Polisario met un terme aux agitations de milieux diplomatiques et médiatiques sur une supposée négociation d’un plan de règlement parallèle. Pour le Polisario, il s’agit ici d’un refus de participer à toute opération pouvant dévier, dans le fond ou la forme, du cadre référentiel défini dans le plan de règlement ONU-OUA, dont est issue la Minurso, conformément à la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité.

Dans une lettre adressée avant-hier au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres dans laquelle il l’informe des résultats et conclusions du 16e congrès du Front Polisario, M. Ghali a affirmé que la seule solution applicable et pratique pour décoloniser le Sahara occidental consistait en « l’exercice par le peuple sahraoui de son droit inaliénable et non négociable à l’autodétermination et à l’indépendance conformément aux résolutions de l’ONU et de l’Union africaine (UA) pertinentes ainsi qu’au plan de règlement conjoint ONU-OUA de 1991 ».

Le Secrétaire général du Front Polisario a insisté sur « l’impératif d’intensifier les efforts pour parvenir à une solution rapide et durable pour la dernière colonie en Afrique, étant une condition sine qua non pour rétablir la paix et la stabilité de la région ».

Dans son message, le président Ghali a rappelé que le plan de règlement ONU-OUA (UA actuellement) demeure le seul accord accepté officiellement par les deux parties (Front Polisario et Maroc) en août 1988 et adopté à l’unanimité par le Conseil de sécurité dans ses résolutions 658 (1990) et 690 (1991) portant création de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso).

Le Président Ghali a rappelé son soutien total aux efforts du secrétaire général pour l’organisation et la supervision par l’ONU, en coordination avec l’UA, d’un référendum sur l’autodétermination du peuple sahraoui.

Evoquant les travaux du 16e congrès du Front Polisario, M. Ghali a indiqué qu’il avait constitué « une tribune importante pour les militants du front Polisario en vue de participer à un large débat autour de l’ensemble des questions régionales et internationales, reflétant ainsi le consensus du peuple sahraoui, sous la direction du front Polisario, sur la nécessité d’intensifier sa lutte de libération sur tous les fronts afin de réaliser ses aspirations légitimes à la liberté, à l’indépendance et au recouvrement total de la souveraineté de la RASD sur son territoire ».

Abordant la situation dans les territoires sahraouis occupés, le président sahraoui a souligné que le congrès « a condamné dans les termes les plus vifs la politique odieuse de répression et d’intimidation pratiquée par l’occupation marocaine contre des civils sahraouis et des militants des droits de l’homme », appelant à « prendre des mesures urgentes pour mettre fin à la souffrance de tous les prisonniers politiques sahraouis, y compris le groupe de Gdeim Izik, et assurer leur libération immédiate et inconditionnelle afin qu’ils puissent retourner dans leur pays auprès de leurs familles.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email